PHOX LE BLOG

Zoom Transtandard ou Focale Fixe ?

À l’heure où les fabricants rivalisent de prouesses pour concevoir des objectifs lumineux, même sur des zooms, une question se pose : zoom transtandard ou focale fixe ? Voici quelques éléments de réponses.

Photo : Sigma France – Sigma-85-mm-f-1,4-DG-HSM-Art

Une optique à portrait par excellence.  Ce 85 mm f/1,4 signé Sigma en collection Art est considéré comme le meilleur 85 mm du marche actuellement du fait de sa qualité optique (piqué, distorsion) et d’un vignettage très limité.

Photo : Sigma France –
2_Canon-RF-15-35mm

Canon démontre avec cet objectif qu’il est désormais possible de combiner excellence optique, zoom et grande ouverture. Un grand-angle idéal pour un hybride de la gamme R.

Photo : Michel Lion

En photo de paysage, la qualité optique d’un objectif grand angle est importante. Il faudra veiller (si votre choix se porte sur un zoom) au piqué en périphérie d’image et l’absence de distorsion pour obtenir une image probante.

Exergue N°1

« L’émergence en numérique du format 24×36 et de capteurs de très haute définition a changé la donne et rebattu les cartes obligeant les constructeurs à moderniser les formules optiques de leurs zooms historiques »

Un dilemme shakespearien

Par le passé les zooms ont longtemps été considérés comme des objectifs « passe-partout » tandis que les focales fixes offraient quant à elle une qualité optique supérieure. C’est moins vrai aujourd’hui tant les progrès techniques ont permis de concevoir des zooms qui n’ont rien à envier en terme de qualité optique à une focale fixe. De même les appareils photo sont souvent commercialisés en kit : un boîtier plus un objectif. Ce dernier est souvent un zoom de base offrant une focale variable (typiquement 18-55 mm en APS-C ou un 14-42 mm en micro 4/3).

L’amateur profite alors d’une configuration classique, plutôt bon marché qui lui permet de faire ses premières photos dans des disciplines comme la photo de famille, de voyage ou de portrait. Ces zooms sont toujours à ouverture « glissante », c’est-à-dire qu’ils sont moins lumineux en position téléobjectif (f/5,6 à 55 mm) qu’en position grand angle (f/3,5 à 18 mm).

À contrario une focale fixe offre une ouverture constante, souvent très lumineuse, mais qui se limite à sa plage focale : 24 mm, 35 mm, 50 mm ou encore un 85 mm et dicte un usage de prédilection : le reportage, le paysage ou le portrait par exemple. Le tarif de ces produits est en conséquence. Dès lors, surtout quand on débute, il n’est pas naturel de se tourner vers une focale fixe préférant le confort et la polyvalence d’un zoom et dont le prix est plus abordable.

Une nouvelle donne sur le marché

L’émergence en numérique du format 24×36 et de capteurs de très haute définition a quelque peu changé la donne et a rebattu les cartes obligeant les constructeurs à moderniser les formules optiques de leurs zooms historiques pour profiter des performances des imageurs modernes. Et parfois leurs montures comme c’est le cas pour la gamme EOS R chez Canon ou encore Z chez Nikon. Cette évolution a provoqué une montée en gamme significative des zooms qui peuvent désormais rivaliser « presque » totalement sur le critère de la qualité optique, de la luminosité tout en gardant ce qui a fait leur succès au début : un usage tout-terrain.

Toutefois, ces mises à niveau ont entrainé un embonpoint parfois rédhibitoire qui se justifie par des formules complexes pour obtenir de grandes ouvertures. Ainsi le Canon RF 28-70 mm f/2L USM accuse des dimensions et un poids contraignants.

D’autant que l’ajout de système de stabilisation (qui se transpose de plus en plus sur le capteur avec les derniers modèles de boîtiers hybrides) pour assister à la mise au point n’a pas arrangé les choses. Une contrainte que les fabricants ont ingénieusement anticipé en proposant désormais des zooms transstandards à f/4 constant qui s’avèrent un excellent compromis pour combiner qualité d’image et encombrement.

De leur côté les focales fixes ne sont pas en reste puisqu’elles poussent leurs arguments à des extrêmes qui font rêver tous les amateurs de bokeh. Les récents objectifs du marché atteignent des ouvertures qui s’étagent entre f1/8 et f/1,2 qui permettent de doper la créativité par des jeux de profondeur de champ qui sont l’apanage de ces objectifs. Cependant ces objectifs nécessitent une mise au point rigoureuse et précise pour tirer la quintessence de leurs performances.

Alors comment choisir ?

Pour trancher ce débat, il convient tout d’abord de bien connaître vos habitudes de photographe ou de mesurer si votre pratique nécessite de voyager léger ou équipé. Ainsi le photographe de safari, souvent véhiculé, ou le photographe de studio n’aura pas les mêmes critères qu’un photographe de rue ou de sports outdoor ; ces derniers étant très focusés sur le poids et l’encombrement du matériel qu’ils portent sur leurs dos.

De même l’exposition de votre matériel à certains risques (foule, intempéries, etc) est un critère à ne pas négliger. En photo de rue, un objectif lumineux et sa lentille frontale proéminente peuvent s’avérer déstabilisant et intimidant tout comme se promener en Laponie avec un objectif à la fabrication trop modeste est un risque au regard des conditions climatiques. Enfin utiliser une focale fixe intime d’être à l’aise avec les distances et mobile pour compenser l’absence de zoom, trouver la bonne distance et donc soigner ses cadrages.

C’est une pratique de la photographie radicalement différente par rapport à un zoom. Il est pourtant des usages ou le choix est moins subjectif. Ainsi en macrophotographie, en portrait, en photo d’intérieur ou encore studio (selon la nature de la séance) la focale fixe s’impose. La nature de ces disciplines se prêtant plus à l’usage de focales fixes très lumineuses (grande ouverture), à la recherche de flous d’arrière plan gracieux pour isoler un sujet.

Ainsi en macrophotographie la recherche du rapport 1/1 pour agrandir son sujet même si certains zooms offre une mise au point rapprochée satisfaisante dite proxyphotographie conditionne généralement le choix de cette gamme. En studio ou en portrait le rendu d’un 85 mm à f/1,4 est sans pareille comparativement au résultat d’un zoom. Il en est autrement quand on parle de photographie de paysage ou de reportage. La polyvalence d’un zoom est précieuse.

D’autant que le marché regorge de véritables perles comme le Nikkor 14-24 mm f/2,8, le Canon EF 11-24 mm f/4 ou encore le Sigma 12-24 mm f /4,5-5,6 en version Art dont la qualité optique est superlative.De même en sport ou photographie animalière, si certains pratiquants ne jurent que par leur 300 ou 400 mm, le développement de zooms tels que les 150-600 mm chez Tamron et Sigma, le 200-500 mm chez Nikon ou encore la gamme des 100-400 mm ont changé les usages du fait d’un rapport qualité prix imbattable et de possibilités de cadrage accrues pour un encombrement réduit.

ET EN VIDÉO ?

Clairement le zoom a les faveurs des utilisateurs. Et pour cause il permet un suivi du sujet, des plans larges ou serrés mais il est surtout beaucoup moins exigeant à l’usage qu’une focale fixe à f/1,2 ou f/1,4. La profondeur étant tellement réduite à de telles ouvertures que le moindre décalage de mise au point ou le moindre mouvement du sujet est totalement rédhibitoire pour obtenir un plan net et utilisable. Souvent une focale fixe peut-être utilisée en contre champ généralement pour une vue d’ensemble de la scène afin de pouvoir réaliser un montage qui alterne entre plan serré sur son sujet et plan large sur la scène.

UNE FAÇON DIFFÉRENTE DE PHOTOGRAPHIER

L’usage d’une focale fixe peut-être déroutante pour un non initié. Au confort d’un zoom, il découvre, parfois déstabilisé, les restrictions que procure à l’usage un 50 mm. Il serait pourtant dommage de ne pas s’y essayer. L’achat d’un 50 mm f/1,8 reste très modeste et les récentes bagues permettent d’adapter ce type d’objectif sur les derniers modèles hybrides (en particulier Canon et Nikon).

Enfin c’est un moyen de progresser dans la prise de vue à nulle autre pareille. Il vous oblige à vous projeter dans un tout autre rapport sur les distances et la recherche de cadrages différents qui vous feront faire des progrès considérables en tant que photographe. L’exercice de style est vraiment formateur. Bref, utiliser une focale fixe c’est « zoomer avec ses pieds » .

Pour découvrir notre sélection d’équipements de photographied’optiquesde matériel vidéode sonde dronesde trépiedsde bagageriede solutions de stockaged’énergiede flashsde produits de téléphonie multimédia, ainsi que des articles d’occasion, rendez-vous sur la page de Phox.fr

Eduardo

NOTRE SÉLECTION

Moi aussi j’ai mon avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

NOS TAGS

NOS COUPS DE

Portrait Jean-Pierre Pages
SAC-DU-PHOTOGRAPHE_M-PERALTA_PORTRAIT
PHOTOGRAPHIER VOS ANIMAUX-photo-chien

JE M'ABONNE !

Retrouvez tous nos articles, nos nouveautés, mais aussi les promotions sur notre site phox.fr !