PHOX LE BLOG

Sony Eye AF, rien que pour vos yeux !

Apparue sur l’Alpha 9, modèle phare de la gamme hybride Sony, la technologie de détection des yeux en temps réel figure désormais dans tous les appareils récents de la marque. Elle reconnaît humains et animaux, en photo et en vidéo. Explications.

« L’Eye AF est une vraie rupture technologique. Une fois les faciès enregistrés et qu’on a priorisé son sujet, l’AF est d’une efficacité redoutable même quand ce dernier se déplace, se retourne ou passe derrière un obstacle. »

Par défaut, l’AF sur les yeux privilégie l’œil le plus proche. On peut ensuite déplacer les collimateurs sur un sujet en arrière-plan.

 

Le menu dédié aux réglages AF sur les yeux dans l’A7R IV. Il est possible de choisir entre trois modes : œil droit ou gauche et Auto.

La mise au point est possible sur la quasi-totalité du capteur image.

Extrait à 100% qui montre l’efficacité de la fonction AF sur les yeux avec l’A7R IV.

 

Le rectangle vert montre l’œil sur lequel l’AF verrouille la mise au point.

L’annonce de l’A9, au printemps 2017, provoque un séisme dans l’univers de la photo. Avec ce boîtier hybride plein format, Sony entend rivaliser avec les reflex professionnels, mettant en avant une cadence superlative, de 20 im/s.

Sans le moindre lag de suivi, dans le viseur électronique. Promesse tenue sur le terrain, aussi bien pour photographier un match de rugby qu’une course de voitures.

La révolution repose d’une part sur le capteur Cmos rétroéclairé de structure « empilée », avec l’intégration d’une puce DRam qui accélère le traitement des données.

Mais aussi sur le système autofocus hybride, à détection de phase et de contraste, qui comptent respectivement 693 et 425 points, couvrant quelque 93 % du champ de l’image.

En mode automatique, l’autofocus prend en compte la forme et la couleur d’un sujet, afin d’optimiser le suivi. Il détecte également les visages, et les yeux, en cas de présence humaine. Une fonction plutôt discrète, qui figurait déjà dans l’A7R II.

Mais qui s’invite sur le devant de la scène, grâce aux performances superlatives de l’A9, encore accrues depuis la mise à jour de firmware 5.0. Désormais, tous les modèles Sony en sont pourvus, et d’autres, plus anciens, en bénéficient aussi. 

AF sur les yeux pour tous

Derniers exemples en date, les A6600, A6100 et A7R IV. Les deux premiers adoptent le format APS-C, l’autre un capteur 24 x 36. Qu’importe.

Chacun embarque un autofocus pourvu de la fonction « AF sur les yeux ». Que les possesseurs d’A9, A7 III, A7R III, A6400 et d’autres boîtiers Alpha sans miroir se rassurent : cette fonction est également intégrée.

C’est aussi le cas de compacts ou bridges dotés d’un imageur 1 pouce, tel le RX100 VII. En revanche, elle n’atteint pas le niveau de performance de l’A9 avec le firmware 5.0, ou de l’A7R IV, tout juste commercialisé, avec un suivi AF en temps réel difficile à prendre en défaut.

Cette technologie sera autant utile pour réaliser des portraits en famille, qu’en studio, dans une configuration professionnelle. Dans ce domaine, la netteté doit être effectuée sur le regard.

D’autant plus quand on utilise des optiques à grande ouverture, comme le G Master 85 mm f/1,4. Sur l’A7R IV, fort de son capteur 24 x 36 de 61 Mpxl, la moindre erreur de mise au point saute aux yeux…

Mode d’emploi

En pratique, comment ça marche ? Prenons pour exemple l’A7R IV. En sortant du mode Auto, et en basculant en mode AF-C (autofocus continu), il faut se rendre dans les menus dédiés, dans l’onglet « Réglage AF visage / yeux ».

Une fois le mode Priorité visage / yeux AF réglé sur « On », il faut définir le type de sujet, entre « Humain » et « Animal », dans « Détection de sujet ». Il est ensuite possible de donner la priorité à un œil (gauche ou droit), ou de laisser l’AF agir en mode Auto.

Ainsi, c’est l’œil le plus proche qui sera sélectionné. On peut rectifier le tir et orienter les collimateurs en agissant sur le joystick, ou l’écran (quand il est tactile).

Il est conseillé de paramétrer sur « On » la ligne « Affichage cadre visage / yeux » : cela permet de vérifier, pendant la prise de vue, que la mise au point est bien effectuée à l’endroit souhaité, grâce à l’affichage de rectangles verts.

Sur l’A7R IV, l’autofocus couvre 93 % du champ, ce qui permet de placer un sujet sur les bords du cadre. À noter, cet outil s’avère aussi précieux en photo qu’en vidéo. Pendant une interview filmée, par exemple, on peut ainsi définir la mise au point sur les yeux de la personne interrogée.

Ce qui permet de privilégier de grandes ouvertures en ayant l’esprit tranquille. Si jamais la personne change de position ou bouge la tête de l’avant vers l’arrière, la netteté sera toujours effectuée sur les yeux.

Pour découvrir notre sélection d’équipements de photographied’optiquesde matériel vidéode sonde dronesde trépiedsde bagageriede solutions de stockaged’énergiede flashsde produits de téléphonie multimédia, ainsi que des articles d’occasion, rendez-vous sur la page de Phox.fr

Et sur les animaux ?

La mise à jour de firmware 5.0 dédiée à l’Alpha 9 a apporté de nombreuses améliorations au niveau de l’autofocus en général (notamment la fonction Lock On), et en particulier sur le mode Eye AF.

Parmi les évolutions, la mise au point automatique en temps réel, en photo et en vidéo, sur les êtres humains, ainsi que sur les animaux. Les modèles Sony les plus récents, tels les A6100, A6400, A6600, A7R IV ou RX100 VII en sont aussi pourvus.

Il est intéressant de noter que l’on peut combiner un déclenchement totalement silencieux avec la fonction AF sur les yeux dédiée aux animaux, pour un maximum de discrétion.

TÉMOIGNAGE

CHRISTOPHE BRACHET

Photographe de plateau de cinéma, Christophe Brachet nous donne un avis circonstancié des raisons pour lesquelles il a adopté rapidement un appareil hybride Sony pour réaliser ses reportages.

Sur un plateau de cinéma, un photographe doit composer avec beaucoup de contraintes pour réaliser toutes les images qui seront utilisées à la promotion du film.

Dans ce registre sa discrétion, son empathie et sa dextérité sont essentielles pour ne pas perturber un tournage et les acteurs. On doit être un véritable « chat ».

J’utilise des hybrides Sony car j’ai été tout de suite séduit par l’atout d’un déclenchement silencieux du fait de l’absence de miroir. C’est essentiel sur un plateau.

De plus la compacité de ces appareils participe à nous rendre « invisible » car on impressionne moins les personnes quand on réalise des portraits. Ça diminue le stress et les sujets paraissent plus naturels.

Concernant l’autofocus, l’eye AF est une vraie rupture technologique pour moi. Dans mon métier la netteté est un enjeu permanent surtout quand on utilise des objectifs comme le Zeiss Batis 85 mm f/1,8 ou le Sony FE 135 mm f/1,8 GM.

Sur un capteur de haute définition, le moindre décalage de mise au point ne pardonne pas. Une fois les faciès enregistrés et qu’on a priorisé son sujet, l’AF est d’une efficacité redoutable même quand ce dernier se déplace, se retourne ou passe derrière un obstacle. Il retrouve le point sur les yeux avec une aisance déconcertante.

De fait on se concentre uniquement sur ses compositions. On n’hésite plus à laisse parler sa créativité et à se montrer plus original dans ses cadrages. Comme le point se fait sur presque la totalité du capteur on peut même tenter des « bords cadre » sans craindre de perdre la netteté sur les visages des acteurs.

En vidéo, c’est encore plus bluffant. Je tourne en mode AFS-C (continu) et je continue à rester net sur mon sujet quitte à modifier la netteté du bout des doigts grâce à l’écran tactile. On a vraiment la sensation d’utiliser un Follow Focus interne. C’est vraiment précieux à tous les niveaux.

www.christophe-brachet.fr

TÉMOIGNAGE

Fabrice ABUAF

Chef produit chez Sony France, Fabrice Abuaf nous livre un point de vue instruit et pédagogique sur l’intérêt de la fonction de mise au point en temps réel sur les Yeux « Eye AF » et l’impact de l’intelligence artificielle dans la conception des boîtiers hybrides Sony. Passionnant !

La fonction unique de suivi des yeux du sujet en temps réel utilisant les derniers algorithmes basés sur l’Intelligence Artificielle (IA) et l’extension au suivi des yeux des animaux est désormais disponible sur l’ensemble des boîtiers hybrides à objectif interchangeable dernière génération de la gamme Sony.

Depuis plus de 5 ans déjà, Sony ne cesse d’améliorer la performance de cette fonction de mise au point sur les yeux car en photographie de portrait comme en sport, le regard est au cœur de l’image et de l’émotion.

C’est la puissance de calcul associée aux algorithmes dernière génération, dopés à l’IA, qui assurent la reconnaissance des visages, des yeux humains et Animaux, permettant aux photographes amateurs comme experts de ne plus chercher à faire manuellement la netteté en déplaçant les collimateurs AF avec plus ou moins de dextérité.

C’est l’appareil qui s’en charge, plus vite et plus précisément, sans contraintes. La logique de détection d’un objet, d’un visage puis des yeux, en appuyant simplement à mi-course sur le déclencheur, associée à la capacité de suivre précisément le sujet en mouvement en temps réel est au cœur de la technologie des hybrides Sony Alpha.

En effet le capteur d’un hybride est toujours visible du fait de l’absence du traditionnel miroir servant à la visée réelle. Il est utilisé non seulement pour produire l’image ; mais aussi pour faire directement la mise au point et réaliser en permanence une analyse fine de la couleur, de la texture et du contraste du sujet photographié ou filmé sur la quasi-totalité du cadre.

Cela signifie qu’associées à une grande puissance de calcul et des algorithmes intelligents, la rapidité et la précision de mise au point sur le sujet sont sans égal. De fait aucun décalage de mise au point n’est possible (back et front focus).

Ajouté à cela, la fonction tactile de l’écran arrière et les modes de réglage avancés disponibles, permettent de prendre la main sur le choix du sujet visé et d’affiner la mise au point si nécessaire toujours en temps réel.

Cette rupture technologique majeure profite aussi bien au photographe débutant qu’au professionnel puisqu’elle équipe désormais nos boîtiers, de l’entrée gamme à capteur APS-C comme l’Alpha 6100/6400/6600 au très haut de gamme plein format (24 x 36) comme l’Alpha 7III / 7RIII / 7RIV ou l’Alpha 9.

Elle permet aussi une infinité de possibilités d’évolution de l’appareil par simple mise à jour du logiciel interne (firmware) pour implémenter des nouveaux algorithmes basés sur l’IA ou des fonctionnalités demandées par les photographes. En plus des performances exceptionnelles actuelles, imaginez les possibilités futures pour réaliser simplement des images impossibles hier.

Eduardo

NOTRE SÉLECTION

Moi aussi j’ai mon avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

NOS TAGS

NOS COUPS DE

CANON IXUS, RETOUR EN GRÂCE -1
Bertrand-Bernager-SAC-DU-PHOTOGRAPHE-BertrandBernager_PhotoBy-AnthonyJoliot_Islande-2
PORTRAIT MICHEL GONDRY-1

JE M'ABONNE !

Retrouvez tous nos articles, nos nouveautés, mais aussi les promotions sur notre site phox.fr !