PHOX LE BLOG

Sony, du transistor à la photo

À la fin du XXème siècle, le marché des reflex 24 × 36 dotés d’autofocus était partagé entre les « quatre grands » industriels nippons: Canon, Minolta, Nikon et Pentax. Vingt ans après, la tendance avérée est au déclin rapide du reflex au profit des modèles sans miroir.

Et c’est Sony qui occupe la première place pour les hybrides 24 × 36 à objectifs interchangeables, en France comme en Europe. Histoire d’une success story moderne.

« La conception de la monture E a été déterminante et est au cœur de la stratégie associée à l’intelligence artificielle et aux progrès de conception des capteurs (type BSI puis RS).

Elle a permis de nouvelles générations d’objectifs à moteurs linéaires magnétiques sans contacts pour mettre au point l’autofocus à reconnaissance des yeux qui connaît des progrès spectaculaires. »

En 1981, Akio Morita présente le prototype du Mavica, premier appareil photo de la marque.

Le lancement de la série NEX à partir de 2011 fait la promesse d’une qualité équivalente à celle du reflex numérique.

Au cours des années ‘70 Sony est devenu un leader en vidéo.

La concurrence sera rude avec Canon et Nikon, reconvertis en 2018 à la visée électronique, et qui développent leurs gammes à marche forcée.

Toutefois, Sony garde une longueur d’avance…Comment un spécialiste de la radio à transistor et de la télévision et de la vidéo, est-il devenu un leader incontestable de la photo et des hybrides 24×36 ?

La réponse se trouve certainement dans la conjugaison de son expérience industrielle en matière de conception de capteurs pour la photo numérique et un heureux héritage de l’expertise optique de Minolta.

Au début était la radio
En 1946 était fondée par Masaru Ibuka et Akio Morita une petite entreprise d’ingénièrie en télécommunications comptant une vingtaine de salariés : Tokyo Tsushin Kogyo KK.

En 1950, la société commercialisait le premier magnétophone à bande produit au Japon qui sera mis sur le marché du grand public qu’à partir de 1955 avec le lancement de la première radio à transistors au Japon.

Elle sera ensuite suivie par le premier modèle de poche qui obtiendra un énorme succès aux États-Unis. La compagnie change alors de nom pour devenir « Sony » en 1958. En 1960 elle lance un téléviseur à transistor portable, compact et léger.

Leader en télévision et magnétoscopes
Les années ‘60 et ‘70 sont celles de la montée en gamme des postes de télévision, avec les modèles couleur Trinitron et dès 1965 les premiers magnétoscopes accessibles au public.

Ils seront suivis des premiers modèles grand public à cassettes, les Betamax commercialisés en 1975.

En 1982, un caméscope à cassette Betamax, le Betacam, est proposé aux professionnels et les amateurs experts découvrent en 1985 le camescope d’épaule CCD Video 8 qui sera suivi par toute une gamme compacte et légère Handycam utilisant les mêmes cassettes 8 mm.

« Vous en aviez rêvé, Sony l’a fait »
La légende veut que ce soit Akio Morita, président de Sony, qui ait rêvé d’un petit lecteur de cassettes audio suffisamment compact et léger pour qu’il puisse écouter de la musique en jouant au golf. Une autre version veut que le président honoraire, Masaru Ibuka, ait souhaité écouter de la musique en avion.

Et il semble que le bureau d’études se soit amusé à mettre au point un si petit appareil pour le plaisir de le miniaturiser et que ce n’est qu’ensuite qu’il a été décidé de le commercialiser. Reste que ce Walkman lancé en 1979 a connu rapidement un succès planétaire et inauguré en fanfare le retour de l’audio au sein de la compagnie.

Mais un autre support musical était en développement, objet d’un brevet de coopération technologique entre Philips et Sony : les Compact Disc étaient lancés en 1982. Dès 1984 Sony commercialise le premier lecteur portable.

Sony Music, créé suite au rachat de CBS Records, va alors diffuser de nombreux contenus musicaux sur CD et signer une grande partie des artistes vedettes de la pop américaine.

En 1994, Sony lance sa première console de jeux Playstation qui va marquer plusieurs génÉrations de joueurs en introduisant le lecteur CD comme support pour jouer aux jeux vidéos.

Une révolution qui va conditionner le développement du marché des jeuxvidéos offrant grâce à univers graphique réaliste une immersion et une expérience sans précédent !

Pionnier de la photo numérique.
Si Sony est sans contestation possible un spécialiste de la vidéo depuis une quarantaine d’années, beaucoup ignorent qu’en 1981 était aussi présenté un prototype d’appareil photographique électronique : le Mavica à objectifs interchangeables qui enregistrait les images sur des disquettes analogiques.

La gamme Mavica numérique fut commercialisée à partir de 1988. À partir de 1996, la gamme s’étoffe et va comporter de très nombreux modèles compacts et bridge, certains équipés d’optiques Carl Zeiss que l’on trouvait également sur les camescopes.

Pourtant face aux reflex numériques, l’offre n’était pas complète et ne s’adressait qu’aux amateurs plutôt qu’aux experts. C’est alors que Minolta, marque légendaire qui fut la première en 1985 à commercialiser un système reflex autofocus, se trouva en difficulté.

Elle fusionna en 2004 avec Konica, lançant à cette occasion une nouvelle gamme de reflex numériques, notamment le Dynax 7D à capteur stabilisé avant que la nouvelle entité Konica Minolta abandonne la photo en 2006 pour la mettre en vente.

L’héritage Minolta
Coup de théâtre, Sony va racheter cette division photo et va faire vivre le système avec la gamme Alpha qui conserve la monture autofocus Minolta. Après l’Alpha 100 à petit capteur 16 × 24 mm (dit APS-C) vient en 2008 l’Alpha 900, premier numérique 24×36 équipé d’un capteur de 24 millions de pixels.

C’est alors que Sony prend une route originale pour le développement de ses reflex. En 2011, l’Alpha 77 au format de capteur APS-C abandonne le viseur optique pour un viseur électronique tout en conservant un miroir fixe semi-transparent.

Une partie du faisceau lumineux est renvoyé vers un module autofocus situé dans le bossage qui accueille le prisme des reflex, l’autre partie atteint le capteur et c’est l’image reçue par ce dernier qui est envoyée dans le viseur.

Les vibrations et claquements causés par les miroirs mobiles des reflex à visée optique sont éliminés. L’appareil peut opérer à 12 im/s, et tous les anciens objectifs restent utilisables. Plusieurs de ces modèles seront commercialisés, dont l’Alpha 99 II lancé en 2016.

100 % Hybride
Mais Sony va aller plus loin encore en présentant une innovation fracassante la même année avec sa nouvelle série NEX, beaucoup plus compacte, qui abandonne totalement le miroir. Les appareils Sony hybrides (sans miroir ou mirrosless) étaient nés et c’est la même monture E qui officie encore sur les appareils Alpha de la marque en 2021.

Désormais la mise au point se fait directement sur le capteur. Elle bénéficie d’un tirage court (18 mm) et une bague d’adaptation permet de continuer à utiliser les objectifs en monture A des reflex.

Plus que les NEX, simple étape transitoire, la monture E va permettre de projeter Sony vers un développement soutenu avec la naissance d’une nouvelle gamme optique (FE), d’abord en APS-C puis en 24×36. En 2013, la gamme Alpha 7 était née et traduit le véritable objectif de Sony sur le marché de la photo.

Le premier modèle est doté d’un capteur de 24 millions de pixels mais affiche surtout une compacité et un poids qui détonnent sur le marché. Une nouvelle ère s’ouvre avec la déclinaison rapide de la gamme Alpha tant en définition qu’en fonctionnalités technologiques : vidéo 4K, Eye-AF, hautes sensibilités, stabilisation des capteurs…

Au cœur de cette stratégie, se dissimule l’arrivée de l’intelligence artificielle que les progrès de conception sur les capteurs rendent désormais possibles avec l’arrivée de Cmos rétro-éclairé (BSI) ou de Cmos empilé (RS) qui permettent d’initier l’autofocus à reconnaissance des visages qui connaît des progrès spectaculaires.

En 2017, l’Alpha 9 et ses 24 Mpxl permet déjà le suivi d’un sujet à 20 im/s. Enfin, 2021 voit la naissance du symbolique Alpha 1qui soutient une rafale inédite sur le marché : 30 im/s à pleine définition (50 Mpxl) Il est également doté d’un mode vidéo en 8K.

Une très vaste gamme optique, facteur du succès
En moins de 10 ans Sony a renversé le marché de la photo grâce à sa maîtrise technologique dans les capteurs et cette historique monture E qui a donné naissance à une nouvelle génération d’objectifs dotés de moteurs linéaires magnétiques sans contacts pour permettre un suivi du sujet à de telle cadence.

Au total 63 modèles différents de l’ultra grand angle 12-24 mm f/2,8 au téléobjectif de chasse photographique (600 mm f/4) ont été mis sur le marché. Une véritable prouesse industrielle qui augure de nouvelles performances avec l’avénement annoncé de l’intelligence artificielle dans le futur.

L’autre grande réussite réside dans sa politique industrielle en rupture avec celle des fabricants historiques. D’une part, ses nouveaux modèles cohabitent avec les anciens pour permettre un accès à au plus grand nombre à ses technologies; d’autre part, la possibilité d’utiliser les brevets de la monture E pour des constructeurs tiers afin de concevoir des optiques compatibles.

De nombreuses marques ont contribué indirectement à l’avénement des hybrides Sony en proposant pas moins de 40 modèles compatibles.

Les multiples itérations de boîtiers sur ce concept et la montée en gamme avec les remarquables optiques GMaster (GM) menés de conserve avec des objectifs compatibles, plutôt abordables, ont scellé un succès fulgurant sur le marché de la photo; de celui qui fait des hybrides Alpha des appareils hégémoniques chez les passionnés et de Sony un leader incontesté en 2021.

TÉMOIGNAGE
« Le but ultime en photographie et en vidéo : c’est la recherche de l’émotion par l’image »

Fabrice Abuaf, Chef produit chez Sony France, revient sur les innovations en photo et en vidéo qui ont permis à la gamme hybrode Sony de devenir leader du marché plein format avec la gamme alpha.

Quels ont été les facteurs clés de succès qui ont permis à Sony de s’imposer sur le marché de la photo en l’espace d’une décennie ?

Sony est un contributeur majeur en termes d’innovations sur le marché des produits électroniques grands public depuis plus de 65 ans.

Cette riche histoire souligne les valeurs et la philosophie de cette société. Elle repose sur des piliers solides : la vision de l’avenir, une maîtrise technologique et le sens de l’innovation.

Enfin, Sony est une société qui met tout son savoir-faire au service des besoins et de l’expérience utilisateur. En photo, le meilleur exemple de la pertinence de nos innovations est la conception il y a plus de 11 ans, de la monture E, avec le lancement du NEX 3 (2010), le premier hybride (appareil sans miroir) au format APS-C.

Cette monture E est au cœur du système hybride Alpha et de sa gamme d’objectifs interchangeables. Elle a permis le développement de la première gamme Hybride plein format (24×36) avec les Alpha 7 tout en répondant aux exigences les plus grandes en termes de gamme optique de dernière génération, comme récemment le SONY FE 50 mm f/1,2GM.

Cette cohérence institue une confiance indéniable chez les utilisateurs de nos produits. Par ailleurs, il faut aussi souligner la capacité de Sony à maintenir plusieurs générations d’appareils sur le marché pour permettre de proposer au plus grand nombre d’utilisateurs d’accéder aux dernières technologies avec une offre commerciale accessible et variée.

Parmi ces technologies, la plus récente et peut-être la plus spectaculaire reste la fonction Eye-AF apparue il y a 7 ans déjà ?
C’est exact. En lien direct au développement des capteurs et des processeurs de traitement d’image, cette technologie marque une rupture dans la vision que l’on peut avoir d’un appareil photo et d’un système autofocus. Le capteur n’est plus imaginé comme un organe qui sert uniquement à enregistrer une image mais aussi comme une « surface intelligente » capable d’analyser des situations de prise de vue.

Cela a permis de gagner en précision, en rapidité et en fiabilité. Pour la première fois, il y a 7 ans déjà, un appareil photo permettait une mise au point automatique sur les yeux du sujet avec un taux de réussite élevé, c’est-à-dire la faculté « d’être net au bon endroit ».

C’est sans nul doute le but ultime du photographe comme du vidéaste : produire une image nette à l’endroit désiré qui est souvent d’ailleurs centré sur les Yeux du sujet centre de l’émotion transmise par le regard ! En développant une telle technologie de mise au point, Sony a permis aux photographes de réussir plus facilement de plus belles images.

Pour cela il a fallu relever des défis techniques importants. Au niveau du capteur, avec des définitions plus élevées, des capteurs plus sensibles et rapides, des algorithmes plus évolués faisant appel à l’intelligence artificielle et la nécessité d’avoir une plus grande puissance de calcul.

Avec les derniers appareils de la gamme Alpha 7 et Alpha 1 la performance de la mise au point est la plus fiable jamais atteinte à ce jour. Pour maintenir ce niveau de performance, les objectifs doivent bénéficier d’une technologie « autofocus » rapide, précise et silencieuse grâce aux moteurs linéaires magnétiques sans contacts, pour permettre une mise au point infaillible et presque instantanée.

Plus récemment, avec les algorithmes basés sur l’Intelligence artificielle, le suivi des Yeux en Temps Réel à été étendu aux animaux ainsi que tout dernièrement aux oiseaux.s.

Une question se pose alors, que peut encore nous réserver l’avenir et Sony en matière d’innovation dans la photo ?
Beaucoup de choses qu’on ne peut pas encore révéler maintenant ! Toutefois il est assez évident que la photo et la vidéo vont continuer leur convergence vers un usage commun permanent.

La qualité de l’image restera au cœur des préoccupations des créateurs et notre volonté sera toujours d’accompagner et de devancer les besoins des utilisateurs Pro comme amateurs.

L’évolution de la conception des capteurs est un point important ; après les capteurs rétro-éclairés (BSI) plus sensibles, puis empilés (RS) beaucoup plus rapides, nous nous rapprochons de la technologie Global Shutter. Ce type d’obturation permettra non seulement de se passer de miroir (déjà fait) mais aussi de l’obturateur mécanique encore indispensable dans certaines conditions.

Les performances de l’Alpha 1 (capteur RS), autorisent une prise de vue en 50Mp, en rafale à 30 im/s, jusqu’au 1/32 000s sans déformations Rolling Shutter, dans un silence absolu et avec une visée continue du sujet et un suivi de la mise au point sans failles.

En vidéo, l’Alpha 1 est aussi capable de tourner en 4K 120p et en 8K, à 30 im/s. Le capteur va continuer à devenir l’élément central ; mise au point, exposition, capture d’image. Les éléments mécaniques vont disparaitre évitant les bruits, les vibrations et l’usure mécanique.

Mais le plus important c’est d’obtenir un taux d’image réussies proche de 100% en photo et en vidéo et de produire la meilleure qualité d’image possible. C’est pour cela aussi que Sony est le fabricant de capteur n°1 du marché.

Ces innovations ont pour seul but de simplifier la prise de vue tout en laissant le libre choix du créateur. Tout cela est rendu possible avec l’arrivée de l’intelligence artificielle qui va nourrir l’efficacité de ces technologies.

Il faut donc s’attendre à des gains majeurs et terme de puissance de calcul (les processeurs), les algorithmes pour interpréter toutes ces données et la rapidité des capteurs pour faire fonctionner ces innovations futures.

Pour découvrir notre sélection d’équipements de photographied’optiquesde matériel vidéode sonde dronesde trépiedsde bagageriede solutions de stockaged’énergiede flashsde produits de téléphonie multimédia, ainsi que des articles d’occasion, rendez-vous sur la page de Phox.fr

Eduardo

NOTRE SÉLECTION

Moi aussi j’ai mon avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

NOS TAGS

NOS COUPS DE

PORTRAIT MICHEL GONDRY-1
1_Phox Le Mag #15 Test Fujifilm X100 FRONT

JE M'ABONNE !

Retrouvez tous nos articles, nos nouveautés, mais aussi les promotions sur notre site phox.fr !