PHOX LE BLOG

Ryad Guelmaoui, la nouvelle vague

A tout juste 25 ans, Ryad Guelmaoui a déjà eu plusieurs vies : photographe, réalisateur, directeur artistique, entrepreneur…. Toutes ont un dénominateur commun : la passion de l’image.

« La passion et le talent ne suffisent pas. Ce sont juste des moteurs puissants »

Ryad Guelmaoui en action

Ryad, pouvez-vous présenter aux lecteurs de PHOX Le Mag Photo ?

J’ai 25 ans. Je suis arrivé en France en 2014 en provenance d’Algérie, un bac S en poche pour poursuivre mes études supérieures, mais je n’arrivais pas à me projeter dans une carrière professionnelle trop programmée. Ça ne correspondait pas à mon tempérament.

À cette époque, j’étais déjà très attiré par l’image et le design graphique. Je publiais mes premières photos sur des sites « précurseurs » des réseaux sociaux (Flick’r, 500px, Facebook, etc). J’ai donc intégré le pôle universitaire Leonard de Vinci.

J’éprouvais le besoin de me perfectionner et d’acquérir plus de compétences pour tenter ma chance dans l’image et la création graphique. Je voulais faire de ma passion un métier sans savoir ce que l’avenir pouvait me réserver.

Par exemple, je ne faisais pas de vidéo à cette époque… C’était plus une projection personnelle et la volonté de suivre mon instinct pour vivre de ma passion.

Et aujourd’hui vous êtes devenu un influenceur reconnu (+ de 100 000 followers cumulés), le co-fondateur d’une agence créative, un réalisateur confirmé et le photographe de campagnes pour des marques prestigieuses ?

Oui c’est allez très vite ces trois dernières années, mais cela s’est construit étape par étape au gré des rencontres et des opportunités. Ce fut aussi un parcours du combattant car il a fallu se faire une place dans un secteur où il y a beaucoup de concurrence.

La passion et le talent ne suffisent pas. Ce sont juste des moteurs puissants. J’entends trop souvent le discours « mais je ne connais personne, je n’ai pas de contacts » et cela ne peut pas être une excuse.

On peut être le meilleur photographe du monde mais si on ne communique pas sur son travail, si on ne créé pas les conditions pour se faire reconnaître, ça ne peut pas venir tout seul. La communication est devenue essentielle. Encore plus aujourd’hui !

Surtout à l’heure des réseaux sociaux ?

Ils ont changé la donne, je pense. C’est non seulement une exposition « instantanée » mais aussi mondiale, surtout dans les métiers de l’image qui n’ont pas de frontières.

Au pôle Léonard de Vinci j’ai rencontré Maxime Merran qui a été déterminant dans ma carrière et l’approche de ces outils. Quand il a vu mes premières photos, il m’a incité à reconvertir mon compte Instagram de personnel à professionnel et m’a appris à communiquer avec les hashtags.

À la base, l’idée était de seulement partager ce que je faisais pour montrer mes images puisque j’étais un pur autodidacte.

Et puis ces réseaux sociaux ont engendré rapidement des réactions positives et des contacts ; en tout cas beaucoup plus vite que si j’avais du emprunter une voie plus classique pour faire connaître mon travail.

C’est un moyen unique pour exister sur cette scène et ça peut aller très vite et ouvrir des portes insoupçonnables. Ce fut le cas pour moi.

Quel a été le projet fondateur pour basculer ?

Difficile à dire. C’est plus un effet « boule de neige » qui m’a permis de prendre confiance en moi et d’enchaîner. Pendant mes études, je tentais d’obtenir des missions en tant que freelance pour payer mes études. J’ai donc essayé de gagner ma vie très tôt grâce à ma passion.

À cette époque, Happy Sokcs, une célèbre marque de chaussettes, m’a contacté via mon compte Instagram pour un premier shooting. J’ai eu un déclic car cela paraissait invraisemblable au départ. J’ai compris que cet outil pouvait m’ouvrir beaucoup de portes.

Puis de fil en aiguille, je me suis retrouvé dans la réalisation de vidéos pour différentes marques avant de sérieusement commencer lors d’une collaboration avec Emy LTR, une célèbre influenceuse, qui a aimé mon travail et m’a proposé la réalisation de trois clips qui étaient produits par Endemol pour Coca Cola Fr.

Ce fut une très belle expérience collaborative, particulièrement enrichissante et ça a propulsé ma carrière dans une autre sphère… et la vidéo. Indéniablement, Instagram a été le point de départ de mon parcours et de mon évolution en tant que créateur de contenus.

Aujourd’hui je travaille pour Adidas, Volvo Cars France, Thalys, Timberland, Adobe, Sony, Tamron, Samyang, Oppo… au point même que dans une campagne adidas pour des sneakers, cette marque m’a demandé non seulement de réaliser le shooting mais également de faire le mannequin.

L’expérience était singulière mais j’ai accepté. Ça m’a fait drôle de voir mes photos et mon visage sur les murs du métro en 4 par 3.

Comment définiriez vous votre style en tant que photographe et réalisateur ?

En photo j’aime les rendus colorés et contrastés. Je fais très peu de noir et blanc en fait. Non pas que je n’aime pas  mais la couleur est un filtre inconscient dans ma tête pour évaluer une scène. Elle est au cœur de mon travail.

C’est elle qui guide mes idées et la conception de mes projets. Enfin la retouche fait partie intégrante du processus créatif chez moi. En vidéo j’affectionne particulièrement les transitions dynamiques tout en ayant une recherche de fluidité permanente. Cela conditionne ma façon de filmer et de réaliser un film.

Vous disiez ne pas être attiré par la vidéo au départ et aujourd’hui vous réalisez des films pour de grandes marques. Qu’est-ce qui vous a orienté vers cette discipline ?

La curiosité et le désir de se remettre toujours en question au niveau de la création et des moyens de storytelling à mettre en œuvre dans mes projets. Puis évidemment l’évolution du matériel a été déterminante et de nouvelles opportunités de travail en ont découlé.

De quelle manière ?

En pelin format, j’ai longtemps utilisé un D600 et un 50 mm. C’était formateur mais conventionnel. En 2017, je me tourne vers l’hybride et un A7R II suite à une campagne que je devais réaliser et dont Sony était le sponsor principal.

On m‘a donc demandé de filmer avec un hybride pour une question de cohérence. Ce fut un coup de cœur. : la définition, la plage dynamique, la stabilisation, la compacité, la légèreté, le côté 2 en 1 … J’étais conquis et le reflex c’était fini pour moi ! Les hybrides sont des outils très challengeants pour les créateurs. Ils ont initié une rupture ainsi qu’une nouvelle ère.

À ce point ?

Oui car aujourd’hui il faut être agile et polyvalent. Je suis assez « run and gun » dans ma manière de travailler car je considère que le meilleur matériel, c’est celui que l’on a sur soi prêt à shooter ou à filmer sans prise de tête.

Ces appareils sont une synthèse idéale pour beaucoup de créateurs qui naviguent dans l’industrie des réseaux sociaux. Ce sont des outils puissants qui intiment une montée en charge des productions.

Tout est démultiplié (vidéo 8K, la rafale, l’AF avec détection des yeux…) ça ouvre instantanément des perspectives dès lors qu’on est proactif, curieux et qu’on utilise cette puissance à bon escient.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Je veux préserver cette passion qui m’anime. On parlait d’influence mais en fait j’essaie de partager avant tout mes créations auprès d’un public. Comme tout artiste indépendant.

Si cet univers créatif me permet de travailler avec des marques, tant mieux ! C’est pour ça que j’ai co-fondé avec mon frère une agence (Ruby M Agency) pour préserver cette capacité d’entreprendre qui est mon moteur.

Je suis quelque part un influenceur par défaut mais je me tourne de plus en plus vers des réalisations plus personnelles et engagées où l’écriture sera prédominante : le court-métrage et le cinéma me tentent beaucoup par exemple.

Pour découvrir notre sélection d’équipements de photographied’optiquesde matériel vidéode sonde dronesde trépiedsde bagageriede solutions de stockaged’énergiede flashsde produits de téléphonie multimédia, ainsi que des articles d’occasion, rendez-vous sur la page de Phox.fr

 

 

 

Compte Instagram officiel :

www.instagram.com/ryadoug

Eduardo

NOTRE SÉLECTION

Moi aussi j’ai mon avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

NOS TAGS

NOS COUPS DE

Portrait Jean-Pierre Pages
SAC-DU-PHOTOGRAPHE_M-PERALTA_PORTRAIT
PHOTOGRAPHIER VOS ANIMAUX-photo-chien

JE M'ABONNE !

Retrouvez tous nos articles, nos nouveautés, mais aussi les promotions sur notre site phox.fr !