PHOX LE BLOG

La Tête dans les Étoiles : Mon premier télescope

Les images de l’éclipse totale de lune de juillet dernier sont encore dans toutes les mémoires. Peut-être avez-vous envie d’acquérir votre premier télescope ? Voici comment le choisir.

Lunette BRESSER AR-127 1200

Lunette BRESSER AR-127 1200

Cette lunette astronomique de type réfracteur est idéale pour observer la Lune (par exemple) grâce à son rapport d’ouverture 9,4.

 

SkyWatcher Newton 130 900

SkyWatcher Newton 130 900

Ce télescope réflecteur de type Newton proposé avec une monture équatoriale et un moteur de suivi est idéal pour s’initier à l’observation des objets du ciel profond.

« Les lunettes astronomiques sont un outil idéal pour observer des planètes : la lune, Mars, le soleil  »

«  Le diamètre est la caractéristique technique la plus importante du télescope »

Qu’est ce qu’un télescope ?

Un télescope permet d’augmenter la taille et la luminosité d’objets lointains et de détecter des objets célestes invisibles à l’œil nu pour les observer.

Il existe deux types de télescopes. Les premiers, appelés réfracteurs, sont munis de plusieurs lentilles qui guident la lumière au sein d’un tube fermé. Ils sont communément appelés lunettes astronomiques.

Les lunettes astronomiques sont un outil idéal pour observer des planètes : la lune, Mars, le soleil. Mais leur emploi est déconseillé pour observer le ciel profond, c’est-à-dire les galaxies, les amas stellaires ou les nébuleuses.

Leur longueur focale importante et l’ouverture réduite du tube limitent les performances de l’appareil dans ce domaine.

Pour l’astrophotographie, les temps de pause sont donc plus longs que pour un télescope. Les seconds sont des instruments réflecteurs. Ils fonctionnent grâce à la réflexion de la lumière sur plusieurs miroirs installés au sein d’un tube ouvert.

Notez qu’il existe plusieurs types de télescope réflecteur : Newton, Schmidt, Schmidt-Cassegrain, Cassegrain, Richtey-Chrétien, etc. Ils ont chacun des avantages et des inconvénients. Dans les deux cas, l’observation à l’œil de l’image se fait par le biais d’un oculaire.

Qu’est ce qu’un oculaire ?

Cet oculaire, est un système optique indépendant dont la taille des lentilles varie selon que l’on veut obtenir une image plus grande ou plus lumineuse.

C’est une loupe perfectionnée qui permet d’agrandir l’image produite par l’objectif. La mise au point est réalisée en réglant la distance entre l’objectif et l’oculaire. Ils sont aussi interchangeables, ce qui permet de modifier les caractéristiques d’un télescope.

Les caractéristiques d’un télescope

Un télescope se définit par son diamètre et sa longueur focale. Le diamètre est la caractéristique technique la plus importante de l’instrument. En effet elle matérialise le diamètre en millimètres du miroir principal appelé primaire et la capacité de l’instrument à collecter la quantité de lumière nécessaire pour l’observation des astres ou des planètes de l’espace lointain.

La longueur focale exprime soit la focale du miroir primaire ou celle de l’instrument complet, ou celle des oculaires. Elle permet le grossissement des objets célestes observés. À titre d’exemple, pour un télescope possédant une focale de 1600 mm et un oculaire de 20 mm, le grossissement sera de 80x. Une autre caractéristique est fondamentale est le rapport de la longueur focale de l’objectif et de son diamètre (D).

Concrètement, plus le tube du télescope est long, plus le rapport f/D sera élevé et plus le grossissement sera important et la luminosité faible. Inversement, plus le tube sera court, plus le rapport f/D sera faible, et plus le grossissement sera réduit et la luminosité importante.

Si un faible rapport (f/D=5) correspond à un télescope compact qui sera plus stable et facile à manier comme à transporter, il se montrera plus difficile à collimater. La collimation consiste à procéder à l’alignement des éléments optiques pour faire fonctionner votre télescope.

Plus ce rapport est élevé et plus le réglage de votre télescope sera aisé. Supérieur à 8, l’instrument sera conseillé pour l’observation planétaire, moins pour celle des objets diffus du ciel profond. Pour l’astrophotographie un f/D faible (4 à 6) sera intéressant pour limiter le temps de pose tout en simplifiant la collimation.

La mise en station d’un télescope

Cette étape caractérise le réglage de votre lunette ou votre télescope pour observer un astre. N’oubliez pas que la Terre tourne. Si ce mouvement est à peine perceptible à l’œil nu, il devient vite gênant pour des observations à travers un instrument, lequel apporte un grossissement à l’image observée et accélère d’autant son mouvement apparent.

L’astre s’échappe sans cesse du champ. La mise en station consiste à régler l’orientation des axes de la monture pour compenser la rotation. Une monture est alors indispensable et se fixe sur un trépied qui doit supporter et stabiliser votre équipement pour éviter les risques de bascule et les vibrations.

On distingue deux catégories : les montures azimutales et les montures équatoriales. Les premières se limitent à effectuer sur votre tube des mouvements purement horizontaux et verticaux. Les secondes vont permettre d’effectuer un mouvement oblique visant à suivre le mouvement de la voûte céleste, et ainsi l’objet que vous allez observer.

L’ajout (en option) d’un moteur vous permet de suivre la course de l’astre que vous avez décidé d’observer.

LES ACCESSOIRES

Il est possible de doter son télescope de plusieurs accessoires. Un chercheur facilite le pointage vers une zone du ciel grâce à son champ de vision plus large. Un renvoi coudé permet d’éviter des postures inconfortables durant l’observation.

En complément de l’oculaire, la lentille de Barlow allonge la distance focale et permet de multiplier le grossissement.

À contrario, le réducteur de focale diminue le grandissement et facilite l’astrophotographie afin d’augmenter l’angle de champ et la luminosité pour diminuer les temps de pose ou accéder à des objets plus diffus.

Les filtres (solaires ou lunaires) servent à contrôler la luminosité. L’un est un filtre gris neutre pour tempérer l’éclat très lumineux de la lune; l’autre divise la luminosité et est indispensable quand on observe le soleil pour éviter toute lésion oculaire due au rayonnement intense du soleil.

Pour découvrir notre sélection d’équipements de photographied’optiquesde matériel vidéode sonde dronesde trépiedsde bagageriede solutions de stockaged’énergiede flashsde produits de téléphonie multimédia, ainsi que des articles d’occasion, rendez-vous sur la page de Phox.fr

Eduardo

NOTRE SÉLECTION

Moi aussi j’ai mon avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

NOS TAGS

NOS COUPS DE

PORTRAIT MICHEL GONDRY-1
1_Phox Le Mag #15 Test Fujifilm X100 FRONT

JE M'ABONNE !

Retrouvez tous nos articles, nos nouveautés, mais aussi les promotions sur notre site phox.fr !