PHOX LE BLOG

LA PHOTO DE CONCERT

Tout le monde photographie lors d’un concert… avec son smartphone, seul accessoire de prise de vue véritablement autorisé sur tous les événements musicaux. Pour accéder au plus près de la scène avec un système reflex ou hybride, il faut bénéficier d’une accréditation spéciale. Un sésame réservé à un cercle restreint de photographes, qui travaillent pour un média, ou qui connaissent l’artiste, ce qui facilite son obtention. Nous vous proposons d’aborder les problématiques inhérentes à la photo de concert, de l’accès aux contraintes techniques, au travers de trois regards très différents. Ceux de Mademoiselle Sacha, Eric Canto et Kikevist Thierry

Quelle que soit la dimension du festival ou concert, impossible d’échapper aux     « bras tendus », parmi les spectateurs, avides d’immortaliser le moment avec leur smartphone. Condamné au mode Avion dans les salles obscures et lors de la majorité des spectacles vivants, qu’il s’agisse de stand-up ou représentations théâtrales, le smartphone jouit d’un traitement plus favorable, en photo de concert… au point de parfois être mis à contribution par des artistes, pour simuler des briquets, avec la fonction lampe torche, ou des spots colorés : sur la tournée de la chanteuse Pink, des pastilles autocollantes de toutes les couleurs à appliquer sur le faisceau de son téléphone, sont distribuées en amont du concert. Effet garanti une fois la salle plongée dans le noir.

En revanche, les photographes le savent bien, en général, les véritables appareils photo sont bannis des grandes salles et festivals, sans avoir obtenu d’autorisation préalable. La photographie de concert, qui comprend également les festivals de musique, se divise ainsi en deux catégories : ceux qui ont un pass pour accéder à la fosse, au plus près de la scène ; et la foule, située au-delà des barrières de sécurité (dites « crash barrières »).

Accès VIP

Comment obtenir ce fameux sésame ? La voie royale demeure une accréditation obtenue via un média, assure Eric Canto, dont les images paraissent régulièrement dans la presse : « Généralement l’accréditation se fait par voie de presse, en fonction du magazine pour lequel on travaille. Le fait d’être régulièrement dans le circuit depuis quelques années, et d’assurer un suivi au lendemain des publications facilite la tâche. »

Depuis une vingtaine d’années, il a noué des contacts et instauré une relation de confiance avec de nombreux artistes : « Quand je vais à un concert de Matthieu Chedid, j’envoie un message à son agent, qui me connaît bien. Il m’accrédite et me donne un « all access ». 

L'anticipation, le nerf du concert

Ils savent qui je suis. Ils connaissent mon travail. Ils m’apprécient. Ils savent que je suis sérieux. Cela ne pose aucun souci. » Dans certains cas, l’audace est 
récompensée. Mademoiselle Sacha, photographe autodidacte de 32 ans, s’est lancée dans la photo de concert juste après la pandémie liée au Covid, après une carrière de chef de projet à Disneyland. Spécialisée dans la photo nocturne de manière générale, elle vit désormais de son activité de photographe. Bien qu’elle soit peu expérimentée, elle a réussi à s’accréditer à un concert de Coldplay, au Stade de France : « J’étais dans une période de faiblesse, dans mon lit en train de scroller sur TikTok. Je tombe sur une publicité sponsorisée. Une artiste annonçait qu’elle allait faire la première partie de Coldplay au Stade de France.

J’ai regardé son compte de plus près sur Instagram : 4 000 abonnés environ et elle se retrouve en première partie d’un tel groupe au Stade de France ? Je lui envoie un message sur TikTok en lui disant que j’aime bien ce qu’elle fait et que si elle cherche un photographe je suis disponible. Elle me répond en vocal en me disant qu’elle était à la recherche d’une photographe pour l’une des dates, et qu’elle apprécie mon travail. Je me suis donc retrouvée à la photographier, ainsi que Coldplay, au Stade de France. »

« J’étais dans une période de faiblesse, dans mon lit en train de scroller sur TikTok. Je tombe sur une publicité sponsorisée. Une artiste annonçait qu’elle allait faire la première partie de Coldplay au Stade de France. J’ai regardé son compte de plus près sur Instagram : 4 000 abonnés environ et elle se retrouve en première partie d’un tel groupe au Stade de France ? Je lui envoie un message sur TikTok en lui disant que j’aime bien ce qu’elle fait et que si elle cherche un photographe je suis disponible. Elle me répond en vocal en me disant qu’elle était à la recherche d’une photographe pour l’une des dates, et qu’elle apprécie mon travail. Je me suis donc retrouvée à la photographier, ainsi que Coldplay, au Stade de France. »

Il existe aussi une troisième voie : accompagner un groupe. Cela ouvre des opportunités inédites, comme le fait de pouvoir monter sur scène ou accéder aux coulisses. Depuis ses débuts, Eric Canto collabore régulièrement avec des artistes : « En ce moment je travaille avec Royal Republic, un groupe de rock suédois. Je suis avec eux dans les loges, sur scène. Les possibilités de photo n’ont rien à voir. On peut avoir des images du groupe avec le public en fond, c’est très différent. Il y a quelques mois, je les ai rejoints à l’Olympia, j’ai fait toutes les photos backstage, des balances, de la préparation… Le soir, j’ai shooté tout le concert, puis nous avons fait l’after ; je me suis retrouvé avec une somme assez importante de photos. Si j’avais été accrédité de manière classique, j’aurais eu seulement droit aux deux ou trois premiers morceaux sans flash, en étant prié de dégager la fosse au bout de cinq minutes. » 

Le fait de se rapprocher d’un artiste permet d’étendre son activité, en réalisant des photos pour la pochette de l’album par exemple. Eric l’a fait à plusieurs reprises, notamment pour le groupe français Mass Hysteria, qui lui a confié la direction artistique sur huit de ses albums : « Il y a des artistes qui n’ont aucune idée de ce qu’ils veulent, où tout est assez flou, et d’autres qui ont des visions très précises de ce qu’ils souhaitent obtenir. Un des premiers albums sur lesquels j’ai collaboré avec Mass Hysteria était Failles (2009) ; le guitariste avait suggéré de mettre en avant le visage d’un type un peu buriné. Je suis allé faire des shootings dans des centres d’accueil avec cette idée en tête, en construisant une série. » Une face cachée de la photo de concert.

Grandes ouvertures

D’aucuns pourraient croire que la photo de concert se résume à un bon téléobjectif lumineux en plein format. En réalité, le choix de la focale varie d’un photographe à l’autre, et le 24 x 36 n’est pas l’unique format privilégié. Kikevist Thierry, qui photographie chaque année sur le Hellfest (voir encadré final), mise sur le Micro 4/3. Il utilise l’OM System OM-1, avec les zooms M.Zuiko 12-40 mm f/2,8 Pro et 40-150 mm f/2,8 Pro, ce qui lui permet de couvrir une plage focale allant de 24 à 300 mm en équivalent 24 x 36. Surtout, la protection des boîtiers lui permet de braver les intempéries ou les arrosages de boissons diverses lors d’un festival : « La tropicalisation est tout simplement parfaite et m’a souvent permis d’obtenir des images uniques, là où d’autres photographes doivent abandonner pour éviter d’endommager leur matériel », assure-t-il. Un critère auquel on ne pense pas forcément, au moment de s’équiper en vue de photographier des concerts. Si vous souhaitez découvrir nos équipements pour la photographie, rendez-vous sur Phox.fr

De son côté, Mademoiselle Sacha a commencé avec un Sony A7 II, avant de passer au III, puis au IV, désormais : « Ce sont des appareils très utilisés sur Paris, du coup on se prête des objectifs entre photographes. J’avais choisi cette famille d’hybride pour cette raison, outre le fait qu’il est petit et léger.

Je me suis dit que si j’avais le moindre problème, on pourrait me renseigner facilement. Quel que soit le matériel que j’achète, j’applique ce raisonnement. » Pour ce qui est des optiques, elle privilégie plutôt des courtes focales, ou bien des optiques standards : « J’utilise surtout le Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III VXD G2. Il est vraiment top. Je lorgne cependant sur le Sony 24-70 mm f/2,8 G Master II, car dans certaines situations je me sens un peu serrée à 28 mm et j’aimerais bien bénéficier d’un 24 mm. J’ai également une focale fixe dans mon sac, soit le Samyang FE 35 mm f/1,4 AF. Il est très bon sur le plan de la qualité d’image, mais volumineux et lourd. J’ai aussi le 55 mm f/1,8 Zeiss que j’aime beaucoup. Ce sont les trois optiques que je prends régulièrement. Il m’arrive parfois de louer le zoom FE 12-24 mm f/2,8 G Master pour avoir des photos plus grand-angles. » Eric Canto est pour sa part équipé en matériel Canon. Il travaille avec l’EOS R5, et possède un boîtier de secours, avec deux zooms, le RF 70-200 mm f/2,8L IS USM et un grand-angle, le RF 15-35 mm f/2,8L USM : « J’ai essayé des focales intermédiaires, mais je ne me sens pas à l’aise. Pendant le premier morceau, je privilégie le grand-angle pour capter le spectre de la mise en scène. À partir du deuxième titre je monte le 70-200 mm et je vais chercher les détails. Je m’intéresse uniquement à ces deux points de vue. 

Je ne cherche pas forcément à faire des portraits ». Ces trois exemples montrent qu’il n’existe pas de configuration idéale, en photo de concert. Le grand-angle est aussi intéressant pour évoluer parmi la foule, durant les festivals. Kikevist Thierry martèle d’ailleurs l’importance du public, qui constitue un véritable sujet à part entière : « Pour moi, c’est un sujet très clair ! Là, je ne fais pas de compromis. Sans festivaliers, il n’y aurait pas d’artistes à photographier ! Je vise un équilibre de 50/50. Ce qui se passe en dehors de la scène est aussi important pour moi que les performances des groupes sur scène. Malheureusement, cela n’est possible que lors d’un festival. Il est presque impossible de le faire (ou très rare) lors d’un concert en salle à Paris, par exemple, où l’attention est principalement focalisée à 99% sur les artistes. » Et dans ce cas, les téléobjectifs lumineux, peu importe le format (Micro 4/3, APS-C, 24 x 36), sont de précieux alliés. Quand il s’agit d’aborder la vidéo par exemple, outre les difficultés de diffusion que cela peut représenter, Mademoiselle Sacha fait part de sa préférence pour l’image fixe : « Je me suis lancée dans de petits clips. J’en ai aussi réalisé en concert à la demande d’un artiste, mais c’était très compliqué, car je devais faire des photos en même temps. Les prochaines dates avec lui, je ne ferai que de la vidéo. Cela me fait moins vibrer que la photo. Tout le monde prend des vidéos avec son téléphone. La créativité est limitée dans ce domaine, par rapport à la photo. » Une créativité qui implique de maîtriser ses outils.

Pour découvrir notre sélection d’équipements de photographied’optiquesde matériel vidéode sonde dronesde trépiedsde bagageriede solutions de stockaged’énergiede flashsde produits de téléphonie multimédia, ainsi que des articles d’occasion, rendez-vous sur la page de Phox.fr

Les défis techniques

Comme le rappelait un célèbre fabricant de pneus dans une publicité, sans maîtrise, la puissance n’est rien. Il en va de même, en photo. On peut avoir un boîtier dernier cri, une optique ultra lumineuse, encore faut-il savoir les gérer, dans des conditions de luminosités variables et sur des sujets en mouvement. La première règle qui vaille serait d’opter pour le format Raw, quitte à utiliser également le Jpeg (ou Heif) en parallèle. Pour Eric Canto, c’est une évidence, lui qui est très exigeant sur le rendu de ses images : « Je ne photographie qu’en Raw. Je ne supporte pas le grain sur les photos en couleur, alors que ça me gêne beaucoup moins en noir et blanc. J’essaie de ne pas dépasser 3200 Iso. C’est parfois compliqué, récemment j’ai photographié le groupe islandais Sigur Rós, qui joue quasiment dans le noir, avec de la lumière rouge dans tous les sens. Aucun concert ne se ressemble. Sur un concert de Slipknot, à l’inverse, l’éclairage est si intense qu’il faut vraiment baisser la sensibilité. Il faut vraiment s’adapter en permanence. » Une légende urbaine voudrait qu’il faille basculer en mesure « spot », en photo de concert, pour gérer l’exposition de la meilleure façon possible. 

Mademoiselle Sacha n’est pas forcément de cet avis : « Pour la mesure d’exposition, en général, je reste en multizone. J’ai déjà essayé la mesure spot, mais les résultats changent trop en fonction des déplacements du sujet. » En ce qui concerne la définition, elle apprécie le léger gain entre les A7 III et A7 IV, puisqu’on passe de 24 à 33 Mpxl : « Ce que j’aime bien sur le Sony A7 IV, c’est la définition (33 Mpxl) qui autorise des recadrages, surtout que je n’utilise pas de zooms puissants. Il m’arrive d’ailleurs d’utiliser le mode APS-C, avec un recadrage 1,5x. Je perds quelques millions de pixels, mais pour une diffusion Instagram – je fais très peu de print – c’est largement suffisant. » Et au niveau de la vitesse ? Faut-il plutôt figer le sujet, ou bien jouer sur le flou ? Pas de règle stricte pour Mademoiselle Sacha : « Je joue parfois avec le flou. J’aime bien zoomer pendant un temps de pose assez long. C’est assez aléatoire. En général, il faut cinquante vues pour en avoir une de bonne, mais ça vaut le coup. Sinon je suis entre 1/50s, voire 1/20s, même s’il y a un peu de flou de bougé ce n’est pas grave, et 1/320s. » 

Que vous soyez un passionné de la photographie, un vidéaste en herbe ou un professionnel de l’image, vous trouverez  tout ce dont vous avez besoin pour donner vie à vos projets créatifs sur Phox.fr. Explorez nos offres spéciales et découvrez les dernières nouveautés pour nourrir votre passion. Chez Phox, nous mettons à votre disposition une large gamme de produits de qualité pour vous aider à exprimer votre créativité de la meilleure manière possible. Explorez notre page dédiée à la sélection des meilleurs produits du moment à des prix imbattables !

 Pour sa part, Kikevist Thierry photographie le plus souvent à pleine ouverture et privilégie le format Raw. La sensibilité Iso reste contenue sur une plage comprise entre 1600 et 3200 Iso : il mise sur l’efficacité, reconnue, de la 
stabilisation intégrée dans ses boîtiers OM System. Eric Canto travaille en priorité ouverture, « car on découvre souvent un environnement et la lumière change constamment, donc le temps de réflexion est très court. Pendant une photo ou un peu plus, j’assure des images, puis je laisse de la place pour la 
créativité. » En évoquant l’utilisation des images, le photographe soulève un point crucial : le droit à l’image, qui varie considérablement, selon que l’on publie en France ou aux États-Unis : « Si je prends une photo à un concert de Madonna à New York, la photo lui appartient. Je ne peux rien en faire sans son approbation. Je fais une photo de Madonna à Paris, quelques jours après, sur la même tournée, si elle l’utilise sans mon consentement, sans me rémunérer, elle sera condamnée. Je suis un auteur, un droit inaliénable en France. Les Anglo-saxons ne comprennent pas cette exception culturelle. Ce statut nous protège, c’est une chance. » Dans tous les cas, il n’est pas possible d’exploiter les images n’importe comment : imprimer des t-shirts ou créer des produits dérivés à partir de ses photos est strictement interdit. Mais les diffuser dans des magazines, ou sous la forme de tirages d’art, demeure légal.

La passion avant tout

S’il fallait retenir un point commun, qui lie les univers très différents de Mademoiselle Sacha, Eric Canto et Kikevist Thierry, c’est leur passion pour la photo de concert. Irréductible du Hellfest, Kikevist Thierry sévit aussi sous d’autres projecteurs. Il garde un souvenir précieux du passage du groupe Scorpions à Bercy : « Ce n’est peut-être pas ma plus belle photo, mais c’est celle que je rêvais de prendre depuis 1984. Scorpions a été le premier groupe à se produire à Bercy (POPB). J’étais présent dans la salle et je me suis dit que ce devait être incroyable de photographier des groupes en étant aussi proche d’eux. Il m’aura fallu 38 ans pour être dans le « pit » en tant que photographe accrédité pour réaliser ce rêve d’adolescent devenu (enfin) réalité. » Mademoiselle Sacha ne craint absolument pas la routine, dans sa pratique : « C’est à la fois le plus dur, et ce que j’aime dans la photo de concert : tout change en permanence, d’une salle à une autre, d’un artiste à l’autre. Je ne m’ennuie jamais. » 

 

Quant à Eric Canto, il savoure toujours pleinement cette proximité, lui qui a été musicien, avant d’être photographe : « Quand on photographie un musicien aussi photogénique que Lenny Kravitz à un mètre et qu’on a le son de son ampli, c’est fantastique. Je ne ressens 
aucune lassitude. » Il a décidé de rassembler les nombreuses anecdotes accumulées au fil des ans, au travers d’un ouvrage intitulé Roadbook, qui a fait l’objet d’une campagne de financement participatif réussie, sur la plateforme Ulule : « Faire un livre, c’est un acte militant. C’est compliqué, on ne le fait pas pour de l’argent. Il s’agit de laisser une trace. Quand je serai plus vieux, je serai heureux de me replonger dans ces histoires et de les partager. » Outre l’épisode déstabilisant avec Björk (lire encadré), il y racontera de précieux moments partagés avec des artistes aussi divers que NTM, The Cure, Elton John, Vianney ou Iggy Pop, entre bien d’autres, sur scène ou en coulisses. La photo de concert procure avant tout de l’émotion, autant à ceux qui les contemplent, qu’à ses auteurs.L’image que je rêve de réaliser, ne se fera jamais pour moi. Photographier le concert de Jacques Brel à l’Olympia en 1964 ou d’Elvis Presley en personne au début de sa carrière ! Suivre Kikevist Thierry sur Instagram @kikevist_thierry => https://www.instagram.com/kikevist_thierry

D’AUTRES FACETTES DE LA PHOTO DE CONCERT

La photo de concert ne se limite pas forcément à ce
qui se passe sur scène. L’ambiance d’une salle, ou d’un festival, mérite tout
autant qu’on s’y attarde. Il y a aussi ce qui se passe en coulisses, backstage.
L’occasion de réaliser des portraits posés. Mais pour cela, il faut être adoubé
par l’artiste, comme c’est le cas par exemple d’Eric Canto avec Matthieu
Chedid, ou d’autres groupes avec lesquels il collabore sur des projets qui dépassent
le simple cadre du concert. Notamment la conception d’illustrations pour les
disques. L’artwork ne se limite pas au seul visuel de couverture, comme le
précise Eric Canto : « L’artwork, c’est la pochette, mais également une
douzaine de pages, une quinzaine de visuels avec une histoire à raconter. J’y
passe beaucoup de temps, car je souhaite que chaque double page soit la plus
visuelle, la plus graphique possible. » La photographie de concert embrasse
plus d’univers et de genres photographiques qu’on pourrait le penser. 

LES FOCALES IDÉALES

Difficile d’établir un portrait robot de l’optique incontournable pour pratiquer la photo de concert, quand on croise les propos des trois photographes interviewés dans cet article. Néanmoins, un aspect revient, immanquablement : il faut pouvoir faire entrer un maximum de lumière. On conseillera donc plutôt des zooms ouvrant à f/2,8 ainsi que des focales fixes à f/1,4 ou f/1,8 quel que soit le format de capteur. 

Un 24-70 mm f/2,8 paraît intéressant, pour alterner entre vues larges et plus serrées pour aller chercher du détail. On pourrait recommander un duo de boîtier, chacun monté d’un équivalent 24-70 mm et 70-200 mm f/2,8. Puis, selon ses préférences, il est toujours judicieux de glisser une focale fixe dans son sac. Cela peut être une focale encore plus grand-angle, type 14 ou 16 mm, ce qui permet d’obtenir des clichés très dynamiques en contre-plongée. Ou bien des focales plus standard type 50 mm, voire des téléobjectifs, pour isoler des détails. Le 85 mm est une focale assez répandue, mais il existe aussi de très réussis 135 mm f/1,8. Les grandes ouvertures sont donc les bienvenues, ainsi que les systèmes de stabilisations, de plus en plus intégrés dans les hybrides actuels.

Vous pourrez retrouver chez Phox le SIGMA 135/1.8 DG HSM ART L-MOUNT – 240969, ainsi que d’autres focales disponibles ici !

BJÖRK ET LA PHOTO : JE T’AIME MOI NON PLUS

Eric Canto partage une anecdote insolite avec la chanteuse islandaise Björk : « Il y a quelques années, la production du festival de Nîmes me contacte : « Pour le concert de Björk, il n’y aura aucun photographe, mais elle souhaite que toi, tu prennes des photos. » Je me réjouis à l’avance, en me disant que j’aurais peut-être un accès backstage, pour faire un portrait, ou aller sur scène… En arrivant, le manager m’explique que je pourrai photographier le deuxième et le troisième morceau, ce qui me refroidit un peu. Surtout, il précise qu’il ne faut pas que je sois près du crash barrière (NDLR structure délimitant un espace, servant à retenir la foule sur divers événements), mais un peu plus loin, car il ne faut pas qu’elle me voit ! Comme il me parlait en anglais je lui demande de répéter au cas où je n’aurais pas bien compris ; et il me répète qu’il ne faut pas qu’elle me voit, sinon elle risque de se jeter sur moi pour me frapper, car elle ne supporte pas les photographes… Me voilà douché pour de bon ! Il m’invite à le suivre après les deux morceaux autorisés pour attendre devant la loge de la chanteuse, car elle souhaite dérusher les photos avec moi. Tout s’est très bien passé avec elle. »

LE HELLFEST : UN RENDEZ-VOUS MYTHIQUE

Rencontre avec Kikevist Thierry 

Comment peut-on obtenir une accréditation pour un festival tel que le Hellfest ?

C’est devenu très compliqué cette année. Il n’y a plus de photographes indépendants, même s’ils ont été fidèles depuis le début de ce festival. C’est quelque chose que l’on peut regretter. Aujourd’hui, il est obligatoire d’être associé à un média. En fonction du média, le Hellfest vous informe par e-mail de la validation ou non de votre accréditation photo. La sélection se fait donc en fonction du média et non de la qualité du photographe. C’est également quelque chose que l’on peut regretter. 

 

Le succès de ce festival est également dû, selon moi, au grand nombre de photos qui ont circulé et ont donné envie aux festivaliers « différents » d’être présents aujourd’hui ! Autre mauvaise nouveauté de cette édition 2023, qui a provoqué l’indignation des festivaliers, c’est l’interdiction d’entrer dans l’espace concert avec des appareils photo !

Photographier lors d’un concert, ou sur un festival, ne requiert pas la même énergie : comment fais-tu pour « doser » tes efforts ?

C’est une question qui devrait être essentielle à mon avis pour tous les photographes lors d’un festival comme le Hellfest ! Il faut faire des choix si l’on veut préserver son énergie et maintenir une certaine qualité photographique, afin de ne pas tomber dans la routine ou l’excès de prise de vue. Avant de se rendre à un festival tel que celui là, 
qui compte six scènes, dont quatre peuvent être occupées en simultané, il est important d’examiner attentivement la programmation et d’optimiser son temps de prise de vue. Il est également essentiel de prévoir des moments de pause pour boire des bières (ou de l’eau) et manger

Quel est ton meilleur souvenir du Hellfest en tant que photographe pour un groupe ?

Si l’on reste dans le contexte du Hellfest, choisir parmi les groupes est comme choisir entre nos propres enfants… C’est impossible. Voici donc deux exemples. En 2018, j’ai photographié Shaârgoth, un groupe français d’électro-metal apocalyptique, avec leur chanteur Etienne qui est devenu depuis lors un « amigo ». J’aime énormément cette photo pour son intensité, capturée avec une vitesse d’obturation risquée afin de saisir le mouvement des bras et des mains qui se tendent vers le public. 

 

La deuxième photo est de Powerwolf, où j’ai changé ma position pour capturer une lumière de fin de journée. Par chance, au même moment, le chanteur s’est agenouillé devant plus de quarante personnes… 

L’image que tu as dans la tête, mais que tu n’as pas encore prise ?

L’image que je rêve de réaliser, ne se fera jamais pour moi. Photographier le concert de Jacques Brel à l’Olympia en 1964 ou d’Elvis Presley en personne au début de sa carrière !

Suivre Kikevist Thierry sur Instagram @kikevist_thierry =>   https://www.instagram.com/kikevist_thierry

Eduardo

NOTRE SÉLECTION

VOS COMMENTAIRES Vs nos réponses !

Moi aussi j’ai mon avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

NOS TAGS

NOS COUPS DE

CANON IXUS, RETOUR EN GRÂCE -1
Bertrand-Bernager-SAC-DU-PHOTOGRAPHE-BertrandBernager_PhotoBy-AnthonyJoliot_Islande-2
PORTRAIT MICHEL GONDRY-1

JE M'ABONNE !

Retrouvez tous nos articles, nos nouveautés, mais aussi les promotions sur notre site phox.fr !