PHOX LE BLOG

Dans les coulisses de la série « Au cœur de l’action »

Au cœur de l’action est une série diffusée exclusivement sur Phox TV. Retours sur les coulisses du tournage avec l’Olympus OM-D E-M1X et le photographe Léo Gayola.

 

2_IMG_4009

2_IMG_4009

3_IMG_4107

3_IMG_4107

4_R0020221

4_R0020221

«  Il faut savoir incarner son personnage pour le rendre réaliste et vivant. La trans-formation de soi est très libératrice »

C’est à l’auberge de Violaine, située à Monetier les Bains, dans les Hautes-Alpes, que nous rencontrons Léo Gayola, photographe et guide animalier de nature. Nous sommes au cœur de son territoire, en plein parc naturel des Écrins, et nous avons l’ambition de randonner dans la magnifique vallée de la Clarée à la recherche des bouquetins des Alpes.

C’est dans cette aire de montagne classée que Léo Gayola exerce son métier. Il y photographie avec talent le bouquetin des Alpes dont il est un observateur privilégié tout au long de l’année. Plusieurs de ses clichés ont été primés lors de concours photo internationaux et ont été publiés dans des livres, dont le tout dernier Mountain dreams, édité à compte d’auteur.

Le Monde de la Photo s’est mobilisée pour le tournage qui va durer trois jours dans ce cadre magnifique. Au départ de Paris, notre voiture est chargée à bloc et pour cause nous avons décidé de tourner ce film avec des Olympus OM-D. Nous disposons de 2 boîtiers OM-D E-M1X et de 2 boîtiers Olympus OM-D EM1 Mark II, et plusieurs objectifs (2 x M.Zuiko 12-100 mm f/4 Pro, 2 x M.Zuiko 12-40 mm f/2,8 Pro, 1 x M.Zuiko 7-14 mm f/2,8 Pro, 1 x M.Zuiko 40-150 mm f/2,8 Pro, 1 x M.Zuiko 45 mm f/1,2 Pro, 2 x M.Zuiko 60 mm f/2,8 Macro, M.Zuiko 300 mm f/4 Pro, 2 x M.Zuiko 75-300 mm f/4,8-6,7 II).

À notre arrivée, Léo nous attend déjà, prêt pour trois jours de tournage intense dans « ses » montagnes. Au programme une courte expédition en raquette dans un massif voisin pour un premier contact avec les bouquetins puis nous nous dirigerons vers la vallée de la Clarée pour une randonnée de deux jours qui doit nous mener au refuge de Buffère à plus de 2000 mètres d’altitude.

Tout notre matériel sera transporté dans des sacs à dos qui doivent également contenir nos effets personnels pour ces deux jours en montagne. À ce stade on apprécie la compacité et le poids d’un système micro 4/3. On peine à croire que l’arsenal que nous avons à notre disposition pour ce tournage puisse tenir dans trois sacs à dos de 45 litres.

En plus du matériel (boîtiers et objectifs) il nous faut transporter trépieds, drone, micro et mixettes, accus et piles. Coup de chance, la neige est bonne et il règne un soleil magnifique ; ce qui pour un tournage en extérieur est une vraie aubaine. L’enjeu est de montrer le comportement de l’OM-D E-M1X (voir le test dans le Guide ÉTÉ 2019) dans les mains d’un photographe professionnel animalier et de le mettre à l’épreuve sur son « territoire ».

Script en mains, le premier soir, nous rappelons à Léo le déroulement des scènes, nos espoirs en terme de scénographie ainsi que les fonctions (filtre ND intégré, résistance de l’accu, haute définition, ralentis vidéos, stabilisation, etc ) à tester lors de ce reportage in situ. Le programme est dense et on se quitte en se donnant rendez-vous à l’aube.

Premiers contacts avec  les bouquetins

Chaussés de raquettes, nous nous engageons dans le premier massif. Nous avons choisi de filmer appareil à la main pour plus de dynamisme profitant de chaque relief pour réaliser des plans en plongée, en ombres chinoises ou encore quelques plans panoramiques au moyen d’un kit Befree vidéo bien pratique en pareilles circonstances.

Nos regards scrutent les crêtes quand ils ne sont pas collés à une paire de jumelles pour repérer des bouquetins. Léo est persuadé qu’ils sont dans les parages. En s’engageant dans une combe on découvre enfin une troupe de bovidés. Ils paissent paisiblement à flanc de montagne. Ce n’est pas encore la période du rut et nous n’aurons pas droit à ces combats épiques que les males engagent pour s’attirer les faveurs des femelles.

Mais le cadre est idyllique avec ce soleil au zénith et ce grand ciel bleu qui tranche avec le sol enneigé. De nombreux plans sont enregistrés. D’abord avec le 300 mm f/4 pro puis en s’approchant des mammifères pour tenter des prises au grand angle (12-40 mm f/2,8 Pro). Cependant les bouquetins restent à bonne distance et la neige qui commence à fondre nous retient d’aller plus avant dans la combe. La journée passe vite finalement et les plans s’enchaînent méthodiquement.

Afin de bénéficier d’enregistrement sonore de qualité nous interpellons Léo après chaque séance photo pour le situer face à deux boîtiers placés en plan large et cadrage serré et recueillir ses impressions. Le soir, à l’auberge, cette question du son occupera tous les esprits car demain nous devons faire une boucle et il ne sera pas aussi aisé de tourner images et son en même temps tout en marchant. Sous nos raquettes nous nous apercevons que la neige émet des sons parasites qui nuisent à l’enregistrement des confessions de Léo.

Lumineuse Clarée

Le lendemain, à 5h00, nous chargeons notre équipement pour partir vers le village de Nevache, point de départ de notre randonnée dans la vallée de la Clarée. Après un rapide repérage sur une carte IGN, nous emboîtons le pas de Léo qui ouvre la trace. Tout au spectacle de cette vallée magnifique bercée par le ruissellement de la rivière qui lui a donnée son nom, nous découvrons un écosystème inspirant et propice à des plans en drone ou lointains réalisés au téléobjectif.

Quelques poses à la faveur de monticules rocheux ou d’une forêt de mélèzes nous permettent de casser la routine d’une marche qui doit nous amener au refuge ce soir pour y passer la nuit. Léo multiplie les prises de vue à la faveur de la découverte d’une trace dans la neige, d’une cascade dans la rivière ou bien d’une plaque de givre qui scintillent au soleil.

C’est l’occasion de tester les filtres ND intégrés, le système autofocus sur des bovidés furtifs, le mode à 120 im/s en Full HD, le mode haute résolution à la faveur d’une vue panoramique qui s’offre sur un sommet. Ce décor très changeant va permettre de donner du rythme à notre histoire. Dans ce contexte les OM-D démontrent leur remarquable qualité de fabrication et leur tempérament baroudeur.

C’est à la nuit tombée, le souffle court après l’ascension d’un court mais abrupt sentier et une neige devenue molle sous cette météo très estivale que nous découvrons notre gîte. Le refuge de Buffère dévoile son cadre champêtre au cœur des massifs. Le froid commence vraiment à se faire sentir. Entre chien et loup, nous faisons les derniers plans de la journée pour jauger des capacités des OM-D en hautes sensibilités.

Léo avance, frontale sur la tête, raquettes aux pieds. Assurément un des plus beaux plans du film tant la restitution par les appareils est fidèle à l’ambiance que nous avons sous les yeux. C’est onirique ! Au refuge, l’accueil est plein de ferveur. Léo a prévenu Nadette et Claude, les maîtres des lieux de notre arrivée. L’accueil est chaleureux.

Après un repas rapidement avalé, nous réquisitionnons un coin du refuge pour le débrief complet de deux journées de prise de vue intenses. Une fois terminée, notre aventure touche à sa fin. Épuisée, l’équipe tombe de sommeil.

Demain, nous retournons vers Nevache, profitant de la descente au milieu de forêts de mélèzes ou sur les bords de la Clarée pour réaliser des plans d’ambiances.  « Au cœur de l’action » est dans la boîte et il ne vous reste plus qu’à découvrir les images diffusées actuellement sur Phox TV.

Portrait Lilian Rodriguez

Lilian Rodriguez, directeur de l’enseigne Phox, nous explique la genèse de la chaîne Phox TV sur YouTube.

Pourquoi avoir créé une chaîne You Tube ?

Phox Tv, c’est l’envie de proposer à nos clients et les passionnés d’image en général : des tests produits, des informations sur les nouveautés, des tutoriels pour progresser dans leur pratique personnelle de la photo… On sait que YouTube est le média privilégié par toutes les générations pour consommer du divertissement, et de l’information donc la création de cette chaine c’est l’idée de créer des rendez-vous, un lien avec ce public passionné toujours en recherche de contenu.

Quelle est la vocation du programme « Au cœur de l’action » ?

C’est vraiment de tester le produit dans son contexte, parler d’un produit derrière un comptoir c’est bien, mais ce n’est pas suffisant, l’idée c’est de demander à des photographes professionnels de prendre en main un produit pour qu’ils nous donnent leur ressenti et les points forts de celui-ci par rapport à une pratique photographique.

Phox a t-il l’ambition de créer d’autres contenus audiovisuels ?

Nous avons choisi de créer trois catégories de vidéo : les Review, des présentations produits en situation sur le même principe que « Au cœur de l’action », des Tuto, pour partager les techniques photo et vidéos avec une thématique forte, par exemple, nous tournons 9 épisodes sur la street photo qui seront disponibles prochainement et les Event : qui relatent des animations qui se passent dans les points de vente Phox et qui ont pour but d’inciter les gens à venir partager leur passion avec nous dans nos magasins

LÉO GAYOLA

Le photographe nous livre ses impressions sur le film dont il a été le protagoniste principal à l’occasion du test terrain sur  l’Olympus OM-D E-M1X.

Léo, comment as tu accueilli ce projet de film autour de toi ?

J’en ai été ravi car je suis d’un tempérament plutôt ouvert aux nouvelles expériences. C’était d’autant plus enthousiasmant car on projetait de montrer « mes terres », en particulier la Vallée de Clarée, à laquelle je suis très attachée et de parler d’une espèce qui me tient à cœur : les bouquetins des Alpes. Elle tient une place importante dans mon travail et je guide désormais des stagiaires pour tenter de le photographier. C’était une opportunité inattendue mais stimulante pour faire connaître cette vallée et cette espèce.

Comment s’est déroulé le tournage ?

C’était plus intense que prévu et une expérience professionnelle intéressante car c’est la première fois que je me trouvais comme le protagoniste d’un film. J’avais peur de contraintes trop  fortes, que ce soit trop scénarisé par exemple et pas forcément le reflet de mon quotidien, mais ça n’a pas été le cas.

J’ai aussi apprécié cette notion d’échanges avec les téléspectateurs via le film mais aussi avec l’équipe. Ce fut un vrai partage. Ce qui est quand même le but de mon métier que ce soit  à travers mes photos ou mes stages. Enfin la découverte de ce boîtier dans ces conditions était un exercice plaisant et passionnant.

Pour découvrir notre sélection d’équipements de photographied’optiquesde matériel vidéode sonde dronesde trépiedsde bagageriede solutions de stockaged’énergiede flashsde produits de téléphonie multimédia, ainsi que des articles d’occasion, rendez-vous sur la page de Phox.fr

Que penses-tu du film ?

Je l’ai trouvé chouette et assez réaliste de ce qu’on a vécu pendant ces trois jours. Ce n’était pas évident pour moi car je n’ai pas l’habitude de me voir à l’écran ; mais au final le film reflète de manière très naturelle ce que je vis et fait dans mes montagnes en tant que photographe où guide accompagnateur.

Eduardo

NOTRE SÉLECTION

Moi aussi j’ai mon avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

NOS TAGS

NOS COUPS DE

CANON IXUS, RETOUR EN GRÂCE -1
Bertrand-Bernager-SAC-DU-PHOTOGRAPHE-BertrandBernager_PhotoBy-AnthonyJoliot_Islande-2
PORTRAIT MICHEL GONDRY-1

JE M'ABONNE !

Retrouvez tous nos articles, nos nouveautés, mais aussi les promotions sur notre site phox.fr !