PHOX LE BLOG

VOYAGES PHOTO PHOX, UN JOUR J’IRAI À NEW YORK AVEC TOI

Une nouvelle tendance prend forme au sein des magasins Phox. Désireux de développer l’expérience client au-delà du simple choix de son équipement, plusieurs magasins ont décidé de se lancer dans les voyages photo. Retour d’expérience avec deux d’entre eux.

« La volonté de vivre une vraie mission photo, immersive, dans les conditions d’un reportage sur plusieurs jours s’est mêlée au désir d’une aventure synonyme de challenges et de découvertes »

« La priorité est donnée à l’éducation du regard, savoir analyser une scène et concrétiser ses intentions photographiques »

« Ce fut un moment unique de convivialité, de partage et de photo »

Charlotte Mludzinski (PHOX Guebwiller) et Didier Barraud (PHOX Auxerre) sont les garants d’une nouvelle tendance au sein du réseau Phox. Ils ont franchi le Rubicon l’année dernière en proposant à leurs clients de participer à une expérience inédite : partir faire de la street photography à New York ! À l’heure où l’expérience client est fondamentale pour l’avenir et la légitimité des commerces de proximité, l’audace de nos deux acolytes mérite d’être saluée. Il faut avouer qu’au gré des évolutions technologiques considérables qui ont marqué la conception récente des appareils photo modernes, il était salutaire pour ces points de vente historiques, face à la concurrence dématérialisée d’Internet et les attentes de leurs clients, de réinventer la relation qui les unissait jusqu’à maintenant.

Depuis plusieurs années déjà, ces magasins se sont inscrits dans cette vocation pédagogique en proposant des formations et des sorties photo où le but était de favoriser les échanges avec les personnes désireuses de dépasser la simple perspective des performances techniques pour inscrire leur pratique dans des usages et des connaissances plus orientés vers la création d’image et l’expression artistique que permettent ces matériels. 

Didier Barraud témoigne : « Nos premiers stages, d’une durée de quelques heures et sur des sites locaux, ont permis de ressentir un engouement sincère de nos clients pour ce type d’expérience. La volonté de vivre une vraie mission photo, immersive, dans les conditions d’un reportage sur plusieurs jours s’est mêlée au désir d’une aventure synonyme de challenges et de découvertes. Des désirs que certaines réticences (barrière du langage, appréhension de l’inconnu, niveau de pratique…) ne permettaient pas d’assouvir jusque-là sans un élément déclencheur. Nous avons été celui-ci ».

Charlotte confirme cette attente, elle qui voue une admiration très personnelle à la photogénie d’une ville comme New York. Fruit d’une idée lancinante et d’une passion dévorante pour le voyage, tout est parti d’un séjour personnel dans cette ville : « J’ai pu réaliser un reportage très personnel et alors que nous rénovions le magasin pour donner une plus grande place à l’expression artistique, j’ai décidé d’y accrocher des tirages des clichés effectués à cette occasion. Il y eu de nombreuses réactions de la part de nos clients qui se sont montrés très sensibles à cette démarche : qui avait fait les photos ? Ah New York, je rêve d’y aller, mais je ne parle pas anglais, etc. Cela m’a mis la puce à l’oreille. J’ai donc organisé un sondage pour évaluer la faisabilité d’un premier voyage photo, organisé par le magasin, à destination de nos clients les plus passionnés. Le résultat a dépassé nos espérances avec des premières options de réservation rien qu’à l’évocation de cette idée. On a donc affiné le concept et proposer dans la foulée ce voyage photo. » 

Nouvelle dimension

Passé ce constat, il a fallu pour nos deux compères créer les conditions d’un 
voyage rassurant, mais différent de ce que pouvaient proposer des agences de voyage photo classiques en imaginant un programme sur-mesure, adapté 
au niveau du groupe (parfois disparate) et dénué d’un maximum de contraintes. En amont, un travail préparatoire méticuleux a été nécéssaire. Il a fallu construire le 
voyage, son rythme, détailler son déroulement, insister sur la dimension physique d’une discipline comme la street photography, évoquer les situations de prise de vue recherchées… Il a fallu aussi prévoir des périodes de respiration en imaginant des « quartier libre » pour décompresser.

De nombreux échanges et réunions ont été nécessaires pour que chaque participant parvienne à se projeter dans cette aventure, laquelle s’est trouvée synthétisée dans un carnet de voyage contenant les informations nécessaires (logistique, conseils photo). Ensuite, il a fallu parer aux obligations juridiques liées à l’organisation de ces prestations qui sont rigoureusement encadrées. Le « grand saut » était tout aussi vertigineux pour les organisateurs. Tous deux avaient conscience qu’ils devaient être vigilants à définir 
un programme et une logistique infaillibles, car si l’envie de partir à l’aventure était manifeste, le souhait d’un séjour organisé spécialement pour eux, sans contraintes, était un préalable fondamental. Ils ont veillé à être des architectes exigeants sur les 
modalités de ce premier projet : réduire les déplacements, insister sur la qualité et l’originalité des hébergements et des sites à visiter, surprendre par la frugalité et la découverte de lieux de restauration, bannir toutes les contraintes de temps à 
travers un programme souple pour profiter au maximum des scènes de prise de vue ou organiser des temps libres. Ils ont privilégié des sites méconnus, parfois underground, en dehors des lieux de villégiature sans grand intérêt, où il est difficile de faire de la photo…

Leurs expériences personnelles et ce cahier des charges 
très précis étaient le gage de la réussite du voyage. Un magasin photo n’est pas une agence de voyage et il ne fallait pas compromettre la relation de confiance 
instaurée depuis des années. Charlotte a même réussi à proposer le prêt de 
matériel OM System, qui a souhaité soutenir ce projet. Didier précise : « La plupart était en terrain inconnu, leur unique repère, c’était nous ! ».

Pour découvrir notre sélection d’équipements de photographied’optiquesde matériel vidéode sonde dronesde trépiedsde bagageriede solutions de stockaged’énergiede flashsde produits de téléphonie multimédia, ainsi que des articles d’occasion, rendez-vous sur la page de Phox.fr

« Avoir l’esprit photo »

Encadrer un groupe à l’étranger lors d’une expérience photo immersive et intimiste n’est pas donné à tout le monde ; vivre ensemble nécessite des compromis et une agilité d’esprit pour dépasser les aléas inévitables d’un voyage. Didier et Charlotte insistent sur la notion d’esprit photo. De quoi s’agit-il ? Tous deux se rejoignent sur la définition d’un voyage photo : la priorité est donnée à l’éducation du regard, à cette faculté qu’a un photographe expérimenté de savoir analyser une scène (orientation, lumière, angle, sujets, savoir se déplacer) et concrétiser ses intentions photographiques. C’est cette approche qui a été développée auprès des participants, dans le but d’élargir leurs horizons artistiques. Nous sommes loin d’une orientation trop scolaire axée sur des cours théoriques. 

Place au terrain et à la découverte empirique du potentiel photographique que peut offrir une cité comme New York. « Nous avons la chance d’avoir une clientèle très sensible à l’image et à l’expression artistique qui découle de la pratique photographique », témoigne Charlotte. « Nous avons capitalisé sur cette dimension plutôt que de ressasser les concepts techniques de prise de vue, même si au cas par cas certains rappels ou conseils de réglages ont été nécessaires et individualisés pour que chacun ait la sensation de faire clichés différents, des images dont il sera fier ! C’est, je pense tout ce qui fait l’intérêt de cette expérience. Pourquoi aller à New York pour s’enfermer dans une salle ? J’avais la conviction que notre légitimité à nous lancer dans cette aventure résidait dans cette vision du voyage ». Didier renchérit : « Nous commencions par un briefing pour rappeler aux participants les objectifs photographiques de la journée en rappelant sans cesse que nous étions disponibles pour aider à optimiser leurs réglages et leur permettre de se réaliser artistiquement. Nous étions d’une disponibilité totale en nous adaptant au niveau de chacun ».

Cohésion de groupe

Ce dessin est aussi lié à la notion de groupe et à la faculté de dépasser les égos, les humeurs et les émotions qui peuvent parfois influer sur le déroulement d’un voyage. Cela est d’autant plus prévisible que dans un groupe, tout le monde n’a pas le même niveau ou les mêmes aspirations. Un écueil que Charlotte et Didier ont su déjouer au cours de cette première expérience en imprimant un esprit positif à toute épreuve. Charlotte précise : « C’est un aspect du voyage quand on part à plusieurs, même en famille ou entre amis. Maintenir une cohésion est primordial. » Et Didier de confirmer : « C’est vrai qu’il faut être vigilant à ce que le groupe vive bien, échange et que personne ne s’isole dans son coin. Mais objectivement, la nature du voyage et des personnes qui y ont participé ont rendu cette alchimie possible ». Tous deux soulignent la formidable osmose vécue à l’occasion de cette expérience pionnière. Ils l’expliquent par le partage d’une passion réelle pour la photo et d’une sensibilité commune qui ont permis de lever bien des impairs. D’autant que ni Didier, ni Charlotte, n’ont voulu imposer de  règles trop strictes dans l’encadrement de ce voyage. 

Charlotte nous éclaire : « Dans la manière d’aborder ce type de voyage, nous avons privilégié une pédagogie basée sur des suggestions, très participative. À aucun moment nous avons voulu être trop péremptoires ou directifs dans nos conseils. L’idée était d’accompagner, de donner des clés de compréhension, des conseils personnels pour aider chaque participant à construire son image et à être le moteur de son propre regard. Nous devions obtenir, au terme de cette aventure, une certaine forme d’accomplissement, de réalisation de soi et éviter toute tentation de compétition malsaine entre les participants. 

C’était important ! ». Didier est au diapason et souligne cette connivence par une anecdote qui en dit long : « Un de nos participants a malheureusement laissé tomber son appareil. Spontanément un autre membre du groupe lui a proposé de prendre l’un des siens qu’il n’utilisait pas. Ils se sont même entendus pour qu’il le rachète d’occasion. Incroyable, non ? ».  Charlotte n’est pas en reste non plus : « Je me souviens d’un déjeuner impromptu dans un restaurant italien. À lui seul le groupe occupait toutes les tables. Une des participantes, plutôt dynamique, est allée trouver le restaurateur et on a découvert qu’il proposait des vins alsaciens. Ce fut un moment unique de convivialité, de partage et de photo au cours de cette rencontre improbable et fortuite. C’est aussi ça, le reportage »

Plébiscite pour une première

Charlotte et Didier s’accordent pour souligner leur satisfaction personnelle à avoir osé prendre une telle initiative. Ils ne regrettent rien tant ce type d’expérience leur tient à cœur. Plus encore, elle les amène vers de nouveaux projets en 2024, tant ces moments vécus dans l’intimité d’un reportage ont galvanisé la relation qu’ils entretenaient avec les clients de leurs magasins. Charlotte évoque avec émotion un supplément d’âme, tandis que Didier insiste sur le renforcement de leur légitimité de spécialiste photo. 

Ils sont convaincus que cette approche aura des retombées positives sur la notoriété de leur magasin respectif. Une sensation déjà confirmée par quelques ventes, mais surtout un bouche à oreille qui augurent de nouveaux projets en ce sens. Cette satisfaction est également partagée par les stagiaires, qui ont trouvé dans cette formule les contours d’une expérience sur mesure, décomplexée et exaltante. Luc Schaegis, l’un d’eux, auteur de certaines images qui illustrent cet article, souligne la richesse et la qualité des échanges au cours de ce voyage (lire ci-contre). De son propre avis, le groupe et sa dimension cosmopolite ont été un formidable levier pour trouver une motivation inhabituelle dans la prise de vue, alors qu’il n’est pas lui-même un grand spécialiste de la photo de rue.

 Cette expérience partagée a été aussi le prétexte à des épilogues heureux. Didier s’active pour organiser une exposition dans son magasin de manière à aider ses stagiaires dans l’editing et la scénographie. Charlotte, conquise par la diversité des regards a organisé une exposition, au cours de laquelle des tirages et des cartes postales ont été vendus ; l’occasion de réunir à nouveau les participants 
et faire venir des convives, qui seront les prochains reporters.

 

Luc Schaegis, un stagiaire conquis !
Luc fait partie des stagiaires qui ont participé à ce projet atypique de voyage photo. Il témoigne de son expérience.

Pourquoi avez-vous choisi de partir dans cette aventure ?

Je suis un client historique du magasin de Charlotte à Guebwiller, qui jouit d’une excellente réputation. Aussi, quand j’ai remarqué la promotion faite autour de ce voyage, j’ai sauté sur l’occasion pour m’inscrire. New York et les Etats-Unis m’attirent énormément. Ce sont pour moi des destinations mythiques, qui nourrissent mon imaginaire. Je suis très sensible à la dimension graphique et cinématographique d’une ville comme New York. J’étais assez excité à l’idée de partager cette expérience avec d’autres photographes, d’autant que la photographie de rue n’était pas mon domaine de prédilection ; je suis plutôt porté sur la photo de concert, d’architecture ou des portraits de famille, avec une forte inclinaison pour le noir et blanc. Ce voyage était aussi un moyen de sortir de ma zone de confort, de me frotter à un vrai challenge, avec l’espoir de pouvoir élargir mon approche de la photographie.

N’avez-vous eu aucune réticence à partir ainsi ?

Non, pas du tout ! Au contraire, l’originalité et la promesse de vivre un voyage organisé par une photographe passionnée m’a convaincu d’emblée. J’ai de suite été emballé par la pertinence et l’opportunité de cette découverte photographique de New York. C’était le bon moment. D’autre part, la légitimité et la notoriété du magasin étaient rassurantes ; ce qui a été conforté lors des nombreux échanges et réunions de préparation. Charlotte y a mis tout son cœur. Dans cette proposition, j’ai trouvé les critères qui étaient essentiels : la promesse d’un voyage photo, dans une ville mythique et un programme sur-mesure, qui évitait des contraintes crispantes quand on fait appel à une agence classique.

Que retenez-vous de cette expérience ?

Une grande satisfaction, tant ce voyage a répondu à mes attentes. J’ai particulièrement apprécié son déroulement qui d’une part tenait la promesse initiale d’un séjour photo, et d’autre part, offrait une grande souplesse et une liberté d’action. Nous étions guidés, mais libres. Quel souvenir que cette balade de nuit dans Times Square en binôme ! Partir entre photographes libère une énergie et une motivation incroyables. Les échanges étaient spontanés et enrichissants et le fait de confronter son regard à d’autres sensibilités m’a permis d’élargir mon horizon, mes propres convictions en photo. C’était très stimulant de découvrir les approches de chacun et de s’approprier cette sensibilité plurielle pour construire ses propres images. Bien que j’avais opté pour mon équipement (un Lumix S5 et un vieux Canon A-E1), j’ai aussi apprécié la possibilité de tester du matériel récent qu’OM System avait mis à la disposition des stagiaires. Charlotte a été irréprochable et a mis tout en œuvre pour que ce projet se déroule dans les meilleures conditions, d’autant que l’exposition qui a suivi le séjour a été un épilogue inattendu et gratifiant

Repartirez-vous ?

Oui, si j’en ai les moyens ! Peut-être sur une destination moins ambitieuse, pour revivre l’ambiance de cette rencontre entre passionnés. Quoiqu’il en soit, cette première incursion aux États-Unis m’a enthousiasmé. J’aimerais bien un jour découvrir le « back country » pour découvrir cette autre Amérique, certainement différente et plus authentique. La photo est un formidable prétexte pour repartir.

Découvrez d’autres équipements sont disponible sur Phox.fr !

PROCHAINS DÉPARTS

L’expérience vous tente ? 
Le programme des prochains départs

PHOX LE HAVRE CREAPOLIS 
Safari Parc Kruger (Afrique du Sud) – Avril 2024
Sicile – Mai 2024
Vietnam – Septembre 2024
Écosse – Octobre 2024

PHOX GUEBWILER 
New York – Avril 2024

PHOX AUXERRE 
Japon – Novembre 2024

PHOX MANOSQUE 
Camargue – Avril 2024

PHOX ROMANS 
Carnaval Vénitien – Annecy – Mars 2024

PHOX CYSOING
Macrophotographie – Savoie – Juin 2024

Eduardo

NOTRE SÉLECTION

Moi aussi j’ai mon avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

NOS TAGS

NOS COUPS DE

SamyangV-AF35_Front
TEST TREPIED BENRO RHINO ROTULE-
OM SYSTEM OM-5-1_OM-SYSTEM-OM5-FRONT

JE M'ABONNE !

Retrouvez tous nos articles, nos nouveautés, mais aussi les promotions sur notre site phox.fr !