PHOX LE BLOG

Le Sony A7c, le plein format accessible

L’ A7c se caractérise par une utilisation intuitive, une compacité record et des fonctionnalités performantes. Son écran, orientable dans toutes les directions, qui marque une rupture par rapport aux précédents modèles, facilite la tâche en vidéo et la pratique très à la mode du V-Logging.

 

Vu de dos, l’A7c ressemble beaucoup à la série APS-C A6000 de Sony. Cependant, il est pourvu d’un LCD orientable dans toutes les directions. Et il intègre bel et bien un capteur plein format.

La compacité de cet A7c est idéale en photo de rue ou de reportage aidé par son écran orientable qui permet de réussir des cadrages variés et de filmer confortablement.

L’ergonomie de l’A7c a été simplifiée par rapport à l’A7 III ou l’A6600. Le déclencheur vidéo figure désormais en bonne place.

L’A7c s’impose comme le plus petit hybride 24 x 36 du marché, parmi les modèles pourvus d’un viseur et d’un système de stabilisation. Un véritable tour de force de la part de Sony, qui a réussi à  loger le capteur de 24 Mpxl de l’A7 III dans un gabarit digne de l’A6600.

Aussi, l’A7c reprend de nombreuses caractéristiques de son glorieux aîné plein format. Mais aussi de l’A7R IV, et surtout, il confirme l’engouement de plus en plus croissant pour la vidéo, de la part des constructeurs. Plus particulièrement pour le V-Logging.

Tendance vidéo

En rendant l’écran LCD articulable dans toutes les directions, Sony s’adresse donc aux créateurs de contenus vidéo en ligne, et répond aux demandes des vidéastes, qui plébiscitent ce mode de rotation.

Exactement comme elle l’a fait sur le front professionnel, avec l’A7S III, lui aussi pourvu d’un LCD sur rotule. Celui de l’A7c mesure 3 pouces et offre une définition de 921 kpts.

Il est tactile, du moins pendant la prise de vue ou le tournage : on ne peut en revanche pas intervenir en mode Lecture par ce biais, ni naviguer dans les menus du bout des doigts. Pour constater que la refonte opérée sur l’arborescence des menus de l’A7S III n’a pas d’effet ici.

On retrouve la même philosophie développée sur les hybrides Alpha au format APS-C. L’ergonomie s’avère très similaire de ces derniers. La disposition des touches à l’arrière est très proche. On note la disparition du levier AF/MF/AEL au profit d’une touche AF On.

Tandis que la touche Rec a été repositionnée et trône désormais en bonne place sur le dessus, près du déclencheur classique. Symbole de l’importance accordée à la vidéo sur l’A7c.

Plus de boutons C1/C2 sur le dessus, l’interface est épurée à souhait, autour du trio molette de réglages, roue de correction d’exposition et barillet d’accès aux modes PASM. La griffe porte-accessoires est compatible avec le micro numérique Sony ECM-B1M à huit capsules.

Sur le côté gauche, figurent des prises micro, casque, USB 3.1 Type C (permettant d’alimenter l’appareil pendant l’utilisation) et micro HDMI. Ainsi qu’un port pour carte SD, compatible UHS-II.

Pour découvrir notre sélection d’équipements de photographied’optiquesde matériel vidéode sonde dronesde trépiedsde bagageriede solutions de stockaged’énergiede flashsde produits de téléphonie multimédia, ainsi que des articles d’occasion, rendez-vous sur la page de Phox.fr

Excellents résultats

Capable de tourner en 4K UHD à 25 im/s, sur 8 bits, l’A7c fait preuve d’une surprenante endurance, bien aidé par l’accu NP-FZ100, le même qui alimente les A7 dernière génération.

Nous avons pu tourner sans limite de durée à cette définition pendant plus de 2h : seule la limite de stockage de la carte utilisée a mis fin à l’enregistrement.

Nous n’avons constaté aucun problème de surchauffe dans ces circonstances. À noter, il est possible d’effectuer des cadrages verticaux pour faciliter la publication sur Instagram, par exemple. La sensibilité et la vitesse de transition de l’autofocus peuvent être ajustés finement dans les menus.

Il est appréciable de pouvoir configurer les menus personnalisés distinctement en photo et en vidéo, pour y accéder via la touche Fn, pendant l’utilisation.

Le fait de pouvoir orienter l’écran dans toutes les directions est un vrai plus, tout comme la stabilisation intégrée sur cinq axes, qui permet de réaliser des plans à main levée sans tremblement.

Par exemple avec le zoom 28-60 mm proposé en kit f/4-5,6, non stabilisé. Ultra compact, il est protégé contre les intempéries, comme l’A7c, nous l’avons vérifié lors d’un après-midi pluvieux. En photo, l’A7c offre des performances très proches de celles de l’A7 III. C’est-à-dire excellentes.

Les images obtenues en hauts Iso sont remarquables, le Cmos BSI de 24 Mpxl sans filtre passe-bas étant l’un des meilleurs du marché.

L’autofocus à détection de phase (693 points) et de contraste (425 points) avec une couverture de 93 % de la surface du capteur impressionne, renforcé par les algorithmes de détection des visages et des yeux de l’A7R IV.

Tandis que le mode Rafale permet d’envisager sereinement la photo d’action, à 10 im/s, avec une mémoire-tampon confortable : on peut engranger plus de 200 Jpeg ou 100 Raw. L’obturateur mécanique est limité à 1/4  000s et donné pour 200 000 déclenchements par Sony.

Le viseur Oled de 2,36 Mpts offre un affichage fluide. Son grossissement est cependant inférieur par rapport à l’A7 III (0,59x contre 0,78x). Il fallait bien quelques compromis, pour parvenir à une telle compacité, absolument remarquable en plein format !

FICHE TECHNIQUE

 Capteur : Cmos BSI 23,8 x 35,6 mm de 24,2 Mpxl effectifs

– Définition maximale : [3/2] 6 000 x 4 000 pixels

– Monture/Coefficient : Sony FE (1x)

– Sensibilités : 100-51 200 Iso (50 – 204 800 Iso en mode étendu)

– Vidéo : 4K UHD 3840 x 3160 pixels à 25 im/s (100 ou 60 Mbps), Full HD en 100p

– Formats de fichiers : Jpeg, Raw, XAVC S, AVCHD, MP4

– Protection du boîtier : oui

– Stabilisateur : oui (cinq axes)

– Visée : Oled 2,36 Mpts, 0,59x, dégagement 20 mm

– Moniteur : 3 cm, 921 kpts, tactile et orientable

– Flash intégré :

– WiFi/Bluetooth/GPS : Oui/Oui/-

– Autofocus : 693 points (détection de phase), 425 points (détection de contraste) ; AF visages et yeux ; sensibilité à -4 IL sur le collimateur central ; couverture 93 %

– Vitesses : 1/4 000s à 30s (obturateur mécanique ou électronique) donné pour 200 000 cycles

– Rafales : 10 im/s (215 Raw ou 223 Jpeg)

– Stockage : SDXC (UHS-II)

– Interfaces : USB (Type-C), micro 3,5 mm, micro HDMI (type D)

– Alimentation : NP-FZ100

– Dimensions/Poids : 124 x 71,1 x 59,7 mm / 509 g (avec accu et cartes mémoire)

Pour découvrir notre sélection d’équipements de photographied’optiquesde matériel vidéode sonde dronesde trépiedsde bagageriede solutions de stockaged’énergiede flashsde produits de téléphonie multimédia, ainsi que des articles d’occasion, rendez-vous sur la page de Phox.fr

Eduardo

NOTRE SÉLECTION

Moi aussi j’ai mon avis !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

NOS TAGS

NOS COUPS DE

Portrait Jean-Pierre Pages
SAC-DU-PHOTOGRAPHE_M-PERALTA_PORTRAIT
PHOTOGRAPHIER VOS ANIMAUX-photo-chien

JE M'ABONNE !

Retrouvez tous nos articles, nos nouveautés, mais aussi les promotions sur notre site phox.fr !